Le chanteur guérandais Holy M sort son nouvel album avec une chanson en faveur de la réunification de la Bretagne.

Holy Mushroom est connu dans le paysage musical de la presqu’île et, à l’occasion de la sortie de son cinquième album, le chanteur guérandais change de nom pour devenir Holy M. Son album s’intitule également Holy M : « J’ai voulu simplifier mon nom d’artiste, parce que les gens ne retenaient pas toujours Holy Mushroom… » Le titre phare s’appelle « Bzh… Bzh… Bzh… » où l’artiste breton – de son vrai nom Paul Guihénneuc – rappelle ses origines guérandaises et plaide pour la réunification de la Bretagne : « C’est une chanson qui me tenait à cœur depuis longtemps car je voulais transmettre l’amour que je porte à la Bretagne et à la réunification… » L’ensemble est assez surprenant pour un artiste qui nous avait habitués à des rythmes plutôt rock, puisque tous les styles de musique sont représentés, y compris le rap, dans un esprit assez rebelle : « On ne sait pas trop vers quoi les dirigeants du monde nous emmènent et nous sommes tous très inquiets de ce qui pourrait se passer. Il y a des choses qui ne sont plus tolérables. Je suis d’une génération qui a vu le rap apparaître et, quand j’écoute des titres datant de quelques années, ils n’ont pas pris une ride ! Ce sont des gens qui expliquaient clairement les problèmes sociaux, pourtant, rien n’a bougé. Il y a des tas de domaines où cela n’évolue pas, mais aujourd’hui on demande des résultats ». Cet album est aussi le plus abouti sur le plan des arrangements : « Je travaille avec Ty Yann Février, qui a vraiment su guider ma création en studio. J’ai travaillé chez lui au studio Interzone et cela m’a permis d’exprimer dans chaque composition l’esprit de chaque morceau. Il m’a beaucoup aidé pour les arrangements, à travers son regard et sa connaissance de la musique parce que, tout seul, on a du mal à entendre les choses objectivement. » Holy M reste un artiste atypique, qui se produit essentiellement localement et qui vit aussi de sa musique à l’échelon local, à l’écart des grands circuits commerciaux : « Les maisons de disques ne s’intéressent plus à nous, parce qu’on ne leur rapporte plus. Et comme elles ne vendent plus de disques, elles ne peuvent plus produire… » Holy M dresse un constat assez pessimiste de la situation des artistes indépendants : « Il y a dix ans, j’avais le sentiment que la culture était plus libre, que l’on pouvait s’exprimer plus et plus souvent, et que les lieux de culture étaient plus nombreux.  Or, il est de plus en plus difficile pour les artistes de se produire, de gagner leur vie et de toucher leur intermittence. D’ailleurs, ce n’est pas mon cas puisque je suis auto entrepreneur, parce que je ne voulais pas avoir l’impression de courir après les cachets. Le vent du numérique est arrivé sur la musique, mais je reste attaché aux objets et au CD, notamment pour des raisons de qualité sonore… » Alors, Holy M a décidé de distribuer lui-même son album : « Je travaille directement du producteur au consommateur. Je distribue cet album en circuit court, par exemple après les concerts. C’est le seul moyen de répondre à ce que l’on appelle la mondialisation ». Même sur Internet, Holy M a décidé de jouer une carte alternative à celle des grands réseaux : « Deezer et iTunes, pour moi c’est fini ! Les revenus sont minimes pour les artistes. Ces gens jettent l’art par les fenêtres et, en plus, l’écoute en MP3 est de mauvaise qualité… Donc, j’ai trouvé une solution à travers le site Bandcamp : il y a une écoute libre et une solution de vente en direct avec des fichiers son de haute qualité, ce qui me semble respectueux du travail de l’artiste ». N’hésitez pas à découvrir Holy M, notamment sur les ondes de Kernews. C’est un artiste apprécié depuis plusieurs années, qui défend les valeurs de sa Bretagne et qu’il ne faut pas hésiter à encourager lors de ses prestations sur la presqu’île.

Holy M présente son album sur Kernews

 

Le clip de Holy M

Récemment mis en ligne

Le Château des Tourelles fait découvrir la gastronomie française à des apprentis du monde entier

Des apprentis cuisiniers viennent de partout dans le monde pour se former à la gastronomie …

One comment

  1. Merci Yannick de nous laisser la parole afin de pouvoir exprimer ce que vive les artistes! a très bientôt .Holy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *