Frédéric Foucaud et Louis Mélennec débattent de l’avenir de la Bretagne en France.

Quelle doit être la place de la Bretagne par rapport à la France ? Tout le monde connaît les positions de Louis Mélennec, auteur du « Livre Bleu de la Bretagne », et il était intéressant de le confronter à Frédéric Foucaud, un pornichétin qui travaille dans le milieu de l’édition à Paris. Celui-ci se montre réticent à l’idée d’indépendance de la Bretagne car, explique-t-il, « la Bretagne a une identité et une histoire, mais l’histoire de la Bretagne est liée, indéfectiblement depuis plusieurs siècles, à la nation française qui a des diversités et des petites patries ». Louis Mélennec n’est pas d’accord et il déclare : « Si nous prenons l’évolution de l’Europe au XIXe siècle, tout le monde pouvait penser que l’actuelle Hongrie, la Grèce ou la Yougoslavie faisaient partie de la nation ottomane. Finalement, ces pays se sont libérés petit à petit. Depuis une cinquantaine d’années, nous avons vu apparaître une cinquantaine de pays que l’on croyait intégrés définitivement dans d’autres pays plus grands qui les avaient conquis et souvent martyrisés, comme la Lituanie, l’Estonie, la Slovaquie, la Macédoine ou la Croatie… Tous ces pays sont devenus indépendants alors qu’ils avaient été inclus par la force, et contre leur gré, dans des empires que l’on croyait indestructibles. C’est ce qui se passe en France. La France s’est constituée à partir du Xe siècle à partir de la monarchie capétienne et, effectivement, une grande partie des régions actuelles répondent à cette idée, comme la Champagne, l’Orléanais ou la Normandie, mais ces gens se sentent Français parce qu’ils n’ont jamais été une vraie nation, avec un vrai Etat, comme ce fut le cas de la Bretagne jusqu’à une époque relativement récente. La Bretagne est un peuple depuis l’Antiquité. Les Bretons étaient identifiés avant Jules César, il y avait même plusieurs royaumes bretons dans le sud de l’Angleterre avec une langue, une religion, un système fiscal… » Cependant, Frédéric Foucaud a souhaité orienter le débat sur le thème général de la nation : « Ernest Renan dit qu’une nation c’est la volonté de vivre ensemble à partir d’un héritage commun. Mais ne pensez-vous pas qu’aujourd’hui, en Bretagne, comme dans d’autres pays de France, il n’y a pas cette volonté de vivre ensemble à partir d’un héritage commun, puisque cet héritage remonte à plusieurs siècles ? » Une manière de conforter le fait que les histoires de France et de Bretagne sont évidemment liées.

Laisser un commentaire