Jean-Michel Brard, maire de Pornic : « Nous avons un littoral qui est particulièrement riche, parce que c’est une addition de cartes postales. »

En parcourant le programme des animations proposées par Pornic pour l’été, on comprend que cette commune mérite un coup de projecteur. De nombreuses rencontres seront proposées, avec pratiquement chaque semaine une manifestation d’envergure et des rendez-vous majeurs : le show aéronautique avec la Patrouille de France le dimanche 16 juillet, un concert de Cali le mercredi 19 juillet et le lancement de Ride in Pornic le vendredi 28 juillet, avec un grand spectacle à 15 mètres au-dessus de l’eau, à partir de 22 heures…

Extraits de l’entretien avec Jean-Michel Brard

Kernews : Comment auriez-vous envie de nous présenter Pornic ?

Jean-Michel Brard : La première chose, lorsque l’on parle de Pornic, c’est que l’on a le sentiment que tout le monde connaît Pornic et c’est magnifique lorsque l’on est le maire de cette belle ville, parce qu’il y a une affection particulière des visiteurs pour ce petit port de Sud Bretagne. On imagine une petite ville balnéaire qui a été protégée, avec une urbanisation maîtrisée, un environnement de haute qualité où il fait bon vivre, une image de sport et de santé, une mer bleue et une agriculture verte.

Le fait de ne pas avoir une liaison directe TGV depuis Paris est-il un handicap ou est-ce que cela a permis à votre commune de rester à l’abri du tourisme de masse ?

C’est le problème des infrastructures routières et ferroviaires. Finalement, cela a protégé Pornic et nos anciens ont su maîtriser ce sud de la Loire-Atlantique. Aujourd’hui, nous en profitons pleinement puisque cet environnement protégé est notre atout majeur, car nous avons une image très particulière de très haute qualité.

Vous annoncez de nombreux projets, tels que la création d’un nouveau quartier, le déménagement du casino et l’évolution du port. Comment résumeriez-vous l’évolution de Pornic ?

Nous avons une image de ville balnéaire dynamique. Nous sommes devenus quasiment une marque de territoire et notre attractivité s’accélère, puisque nous avons beaucoup d’investisseurs privés qui viennent sur le territoire pour faire du développement économique. Le groupe Partouche se déplace sur la ria de Pornic, où il y aura un palais des congrès de mille places. Nous avons des nouveaux programmes dans le domaine de l’hôtellerie et nous nous diversifions beaucoup vers le tourisme d’affaires. Nous avons créé un office de tourisme intercommunal qui regroupe 14 communes et nous sommes aujourd’hui la collectivité majeure du Sud Loire.

Il y a sur le littoral de nombreuses communes attractives : Saint-Nazaire multiplie les initiatives dans le domaine du tourisme, il y a aussi Pornichet, La Baule, Le Croisic ou Piriac-sur-Mer : n’est-il pas regrettable de constater que chaque collectivité développe des choses de son côté, alors qu’une synergie permettrait de renforcer l’offre touristique sur le littoral de Loire-Atlantique ?

Il y a deux ans, j’étais venu vous voir dans le studio de Kernews à La Baule et vous m’aviez posé cette même question, qui est toujours d’actualité ! Nous avons un littoral qui est particulièrement riche, parce que c’est une addition de cartes postales : Piriac, La Turballe, Le Croisic, La Baule, Pornichet, Saint-Nazaire, Saint-Brévin, Pornic et on peut même aller jusqu’à Noirmoutier… Tout cela fait un linéaire qui s’additionne parfaitement et il me semble très important que nous puissions travailler tous ensemble. Face à une durée de séjour qui se raccourcit, la seule solution pour l’allonger est de pouvoir offrir une somme de destinations qui s’additionnent.

Mais en deux ans, il ne s’est rien passé…

Si, parce que les élus communiquent ! Les maires des stations balnéaires sont tous en relation et le président du département travaille aussi sur ce sujet. Par exemple, cet été, nous organisons Les échappées nautiques, une manifestation qui permet de relier l’ensemble des ports à la voile. Ce sont des opérations qui contribuent au marketing du territoire et qui forcent nos populations à travailler ensemble. D’ailleurs, il y a un sujet qui me tient particulièrement à cœur, Les ailes bleues, puisque, derrière, j’ai l’idée de créer un grand meeting des savoir-faire aéronautiques de la région des Pays de la Loire. Nous accueillons la Patrouille de France depuis trois ans et je suis en train d’élargir cette manifestation avec l’aviation civile. J’invite d’ailleurs Airbus à venir nous rejoindre. Aujourd’hui, nous sommes une région où il y a un vrai savoir-faire dans le domaine de l’aéronautique. Il nous faut une vitrine et c’est pour cette raison que je travaille depuis trois ans à l’idée de faire grossir ce meeting. La manifestation s’appelle Pornic, Les ailes bleues et je ne rêve qu’une chose, c’est que l’année prochaine ce soit Pornic, Les ailes bleues, l’événement aéronautique des Pays de la Loire.

Pouvez-vous nous présenter cette manifestation, qui se déroulera donc le dimanche 16 juillet ?

C’est un événement majeur sur la région des Pays de la Loire. On parle des 24 heures du Mans ou du Vendée Globe et je tiens vraiment à ce que cette manifestation devienne un événement d’envergure au même niveau que les deux autres ! Cette année, il y aura plus de cent mille personnes pour un show aérien qui va durer deux heures, avec un certain nombre de partenaires, dont la Patrouille de France, mais nous aurons aussi la 46 Aviation Wingwalker… Nous allons sonoriser l’ensemble du trait de côte entre la plage des Sablons et la plage de la Source. Le show se déroulera sur le bassin et les bateaux seront aussi en mer pour regarder le spectacle.

Quelques jours plus tard, mercredi 19 juillet, vous accueillerez Cali qui sera en concert sur l’esplanade de la ria et le 28 juillet vous organiserez Ride in Pornic. De quoi s’agit-il ?

C’est une journée entièrement dédiée à la glisse, une grosse opération que nous montons avec les jeunes, avec trois champions du monde. Il y aura de nombreuses animations sur le plan d’eau, un spectacle dans le port l’après-midi et nous terminerons avec un grand show nautique à 22 heures sur le Vieux Port avec l’équipe internationale de Fly Board.

Enfin, quels sont vos projets ?

Je voudrais d’abord dire que la ville s’adapte à ce dynamisme puisque, cet été, nous modifions la structure de la ville : nous allons mettre en piétonnier l’ensemble des quais. Nous avons la volonté de développer la marque Pornic parce que, lorsque l’on traverse la France, on constate que nous pouvons être fiers de notre ville et nous avons le sentiment d’être connus partout. Aujourd’hui, on peut jouer cette carte de haute qualité environnementale.

Laisser un commentaire