L’Océarium du Croisic, c’est aussi l’observatoire de la biodiversité Atlantique

L’Océarium du Croisic est le premier site touristique de la presqu’île, or le challenge est permanent et le site doit proposer des nouveautés chaque année à ses visiteurs. Pour cette saison, un dispositif de réalité augmentée permet de s’immerger totalement au milieu des manchots et des requins, et le résultat est fascinant. Deux ans après l’ouverture d’un espace dédié aux raies du Pacifique, l’Océarium du Croisic propose maintenant d’assister en direct à leur nourrissage, qui est réalisé par un plongeur. Une centaine de raies évoluent dans le bassin, elles ont été habituées à venir près d’une cible orange pour y trouver leur nourriture, mais d’autres aiment aussi être directement nourries à la main par le plongeur. Il est impressionnant de les voir se délecter de queues de crevettes, de petits poissons ou de coques, qu’elles arrivent à casser facilement avec leurs puissantes mâchoires. Les animations rencontrent toujours beaucoup de succès avec, cet été, le repas des manchots, la présentation des requins d’Australie, le repas des pieuvres ou la découverte des animaux qui sont sur la plage lorsque la mer est à marée basse… Ce sont près d’une dizaine d’animations proposées chaque jour. Nadine Auffret, directrice de l’Océarium du Croisic, souligne que cette approche pédagogique plaît beaucoup aux visiteurs : « Nous avons de nombreuses animations tournées vers les familles avec enfants et nous avons de nombreux projets. Mais on ne peut pas faire que de la pédagogie, il faut quand même avoir du spectaculaire, parce que les visiteurs viennent également pour cela. Ils veulent apprendre, mais ils veulent en avoir plein les yeux aussi ! »

Respecter la biodiversité des océans.

Ce serait une erreur de considérer l’Océarium du Croisic comme un simple parc d’attractions ou un aquarium qui se contenterait de présenter des poissons car, en coulisses, l’activité en faveur de l’observation et du respect de la biodiversité marine est impressionnante : « Nous faisons partie des deux aquariums européens qui reproduisent les requins gris avec nos collègues d’Antibes. Pour les homards, nous en sommes à une trentaine d’années de reproduction de bébés homards, dont une partie repart en milieu naturel chaque année. On nous signale qu’il y aurait plus de homards depuis que nous faisons cette action… Mais il est difficile de mesurer les résultats, parce qu’il est compliqué de les baguer » précise Nadine Auffret. D’ici à quelques mois, un lâcher de raies nées à l’Océarium est également prévu et plusieurs petites raies vont connaitre un nouvel environnement. L’équipe travaille énormément sur la reproduction des espèces marines et les résultats sont de plus en plus encourageants : « A la différence des mammifères, des oiseaux et des reptiles, les poissons ne sont pas de bons parents, mais seulement des géniteurs et le travail de sevrage des jeunes alvins revient… aux soigneurs. Un travail colossal, qui exige une présence et une attention 7 jours sur 7. Plus on a d’animaux de la même espèce, plus la reproduction est facile » ajoute Nadine Auffret. Cette démarche n’est finalement pas surprenante lorsque l’on connaît l’histoire de l’établissement, puisqu’au départ son premier nom était « Océarium, observatoire de l’Atlantique ». Depuis, l’Océarium s’est tourné vers d’autres thèmes en créant l’espace lagon, mais aussi le grand bassin des requins et le bassin des raies. L’endroit est toujours captivant et, chaque année, le plaisir de la visite est renouvelé.

Nadine Auffret sur Kernews

Océarium du Croisic, avenue de Saint Goustan au Croisic. Tél. 02 40 23 02 44. Ouvert de 10h à 20h.

Laisser un commentaire