Madeleine Chapsal expose ses dessins à la Galerie Chapleau au Croisic

Madeleine Chapsal est appréciée du grand public pour ses romans à succès, mais elle est aussi peintre et dessinatrice. C’est en voisine, puisqu’elle habite au Pouliguen, qu’elle présente ses œuvres au Croisic, à la Galerie Chapleau, jusqu’au 14 mai 2017. Jacques Bruneau, adjoint à la culture à la mairie du Croisic, souligne que « c’est un très grand plaisir pour la ville du Croisic d’accueillir Madeleine Chapsal. Elle est plus connue comme journaliste et écrivain, et ses œuvres, avec cette allégresse de couleurs, incitent à l’optimisme par les temps qui courent ». Madeleine Chapsal évoque sa passion pour le dessin et la peinture.

Exposition « L’allégresse des couleurs » de Madeleine Chapsal, jusqu’au 14 mai à la Galerie Chapleau, 6, rue Jules Ferry au Croisic (derrière la mairie). Ouverture lundi 8 mai et du mercredi au dimanche de 14h30 à 18h. Entrée libre.

Madeleine Chapsal sur Kernews

 

 

Kernews : On vous connaît comme écrivain et journaliste, mais assez peu comme peintre. Comment avez-vous découvert cet art ?

Madeleine Chapsal : En fait, j’aurais voulu être peintre… Je suis née dans la haute couture, puisque ma marraine était Madeleine Vionnet et ma mère était son bras droit. J’ai commencé par dessiner des modèles de robes et j’ai rencontré très jeune Jean-Jacques Servan-Schreiber. Nous nous sommes mariés, nous sommes partis au Brésil et j’ai continué de dessiner des dessins à la plume pour des magazines brésiliens. Quand nous sommes rentrés à Paris, il a fondé L’Express et, à partir de ce moment-là, Jean-Jacques m’a emmenée vers l’écriture à travers le journalisme. Je n’ai pas écrit tout de suite des livres, j’ai été longtemps journaliste et je n’avais plus le temps de dessiner. Peu à peu, c’est quelque chose qui m’est revenu. Je trouve que l’écriture c’est terriblement abstrait, alors j’avais besoin de nature, de couleurs, de toucher des instruments artisanaux… J’ai aussi fait des livres pour enfants qui ont très bien marché. J’ai continué avec des fleurs, des animaux, quelquefois des portraits, et je m’aperçois que j’ai une création picturale beaucoup plus importante que je ne l’imaginais. Alors, je suis ravie de la découvrir sur les murs de cette magnifique Galerie Chapleau au Croisic.

Il y a toujours beaucoup de couleurs et de joie de vivre dans vos œuvres…

Je suis contente que l’on s’en aperçoive, parce que c’est quelque chose qui est au fond de moi. Comme tout le monde, j’ai eu des malheurs, énormément de deuils ces derniers temps. Ils sont tous partis : Jean-Jacques, David, Claude Durand mon éditeur… Mais il y a au fond de moi cet attachement profond à cette espèce de miracle qui signifie être en vie.

Vous célébrez ce miracle de la vie alors que tout autour de nous, dans l’art, la littérature ou le cinéma, on entretient une culture de mort… Vous nous rapprochez du sacré…

Sans doute… Je suis catholique, mais je ne peux pas dire que je sois vraiment croyante ou pratiquante. Toutefois, je suis convaincue que je vais tous les retrouver quand je partirai dans quelque temps. Donc, je n’ai pas peur. Lorsque l’on dessine, on a le nez sur son papier, on ne voit pas ce que l’on fait. On prend un peu de recul et on est étonné du résultat. J’ai de curieuses pensées en me disant que ce sont tous les grands peintres qui ne peuvent plus peindre et qui sont dans l’ailleurs, qui guident mon crayon parce qu’ils sont heureux que quelqu’un continue à pouvoir dessiner et peindre. On a souvent l’impression d’être inspiré par d’autres quand on écrit, mais j’ai aussi l’impression d’être inspirée par d’autres lorsque je dessine. Tant que la vie voudra passer à travers moi, je continuerai, c’est elle qui décide !

Madeleine Chapsal et Jacques Bruneau, adjoint à la culture à la mairie du Croisic,

Récemment mis en ligne

Le Château des Tourelles fait découvrir la gastronomie française à des apprentis du monde entier

Des apprentis cuisiniers viennent de partout dans le monde pour se former à la gastronomie …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *