Marie-Christine Chaillou expose ses peintures et ses sculptures à Mesquer.

C’est l’une des grandes manifestations artistiques du printemps sur la presqu’île : Marie-Christine Chaillou expose ses peintures et ses sculptures à la Maison du Patrimoine de Mesquer. Une exposition qui n’a pas de nom, avec les œuvres d’une artiste qui ne leur donne jamais de nom, parce qu’elle entend laisser le spectateur libre de ses interprétations. Ses toiles sont travaillées à l’huile, ses sculptures sont faites de béton, avec toujours des couleurs vives et contrastées, mais aussi du noir et blanc, dans une symphonie géométrique moderne et dynamique. Place à la libre interprétation de chacun : « C’est la magie de l’abstraction qui fait que chacun y trouve ce qu’il y cherche. Je pars d’un dessin, d’un trait de crayon, et c’est le hasard qui m’amène à cette composition. » Marie-Christine Chaillou commence donc son œuvre sans même savoir ce qu’elle sera à l’arrivée : « Je n’ai pas peint de l’abstraction du jour au lendemain; J’ai travaillé la peinture et le dessin pendant un certain nombre d’années et, tout d’un coup, j’ai eu envie d’autre chose. Je suis partie dans cette direction parce que je trouve que l’on peut faire de très belles photos pour représenter un personnage ou un paysage. Ensuite, j’estime que cela apporte davantage de créativité et de liberté. J’aime bien préciser, quand je présente mon travail, que pour valider cette absence de volonté d’arriver à quelque chose de précis, je ne signe jamais mes toiles en façade, mais sur-le-champ, parce qu’elles peuvent être accrochées globalement dans n’importe quel sens. À l’arrivée, le ressenti sera toujours différent. » C’est justement ce sentiment de liberté qui guide cette artiste qui a choisi de ne jamais donner de nom à ses créations : « Je ne leur donne pas de titre car la liberté est une notion que j’ai chevillée au corps, donc je n’ai pas envie d’imposer mon ressenti. Soudain, je me dis que cela me fait penser à un bonhomme en colère, lorsque j’ai fini ma toile, mais ce n’est pas parce que j’ai pensé cela que le spectateur va ressentir la même chose. C’est pour cette raison que je n’ai jamais donné de titres à mes tableaux et à mes sculptures. » Une manière, pour le spectateur, de développer ses capacités d’imagination. Par exemple, quand on s’attarde sur les compositions en noir et blanc, la page blanche traversée de lignes noires difficiles à analyser laisse une impression de complexité. Au premier abord, on pourrait croire que l’inspiration est née d’une construction mathématique, puis le regard se perd  et nous emmène vers l’infini, une sorte d’horizon sans fin. Il faut prendre le temps de parcourir ces œuvres, de voyager sur la toile et même de s’attarder sur les détails. Finalement, Marie-Christine Chaillou nous rappelle à chaque instant que, ce qui caractérise une œuvre d’art, c’est la liberté.

Pratique : Exposition de Marie-Christine Chaillou à la Maison du Patrimoine de Mesquer, du 1er au 18 avril 2017, tous les jours entre 14h30 et 19h. Entrée libre.

 

Récemment mis en ligne

Philippe Manoeuvre : émission du dimanche 23 avril 2017

Écoutez l’intégralité de l’émission de Philippe Manœuvre, Fauteuil Club, diffusée chaque dimanche à 10h sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *