Le président de Didaxis-Hiworkers estime qu’Emmanuel Macron pourra défendre les nouvelles formes d’emploi.

Guillaume Cairou : « Nous sommes face à une forme d’ubérisation du travail qui va dématérialiser la relation de subordination entre un salarié et son employeur. »

Guillaume Cairou est le président du groupe de portage salarial Didaxis-Hiworkers et le président du Club des entrepreneurs. Son entreprise comprend 10 000 salariés, c’est le quinzième recruteur français et il est au cœur des nouvelles formes d’emploi. C’est à travers ce prisme qu’il a décidé de s’engager en faveur d’Emmanuel Macron.

Lien vers le site de Didaxis

 

 

Il était l’invité de Yannick Urrien, mercredi 26 avril sur Kernews, pour évoquer son engagement : « Sur le sujet de l’entrepreneuriat et de l’initiative individuelle, il me semblait que le programme d’Emmanuel Macron allait dans le bon sens, avant même qu’il ne soit au deuxième tour, puisque c’était l’un des candidats qui n’est ni de droite ni de gauche, un peu comme les entrepreneurs comme moi. Nous essayons de développer nos entreprises et de créer des emplois. J’essaie de favoriser l’entreprise individuelle et le candidat qui peut le mieux réaliser cet objectif est effectivement Emmanuel Macron, avec une expérience certes jeune et récente ». Sur la question de l’emploi, Guillaume Cairou indique : « Emmanuel Macron, qui a ses chances pour la fonction de magistrat suprême, a toutes les cartes en main pour pouvoir relever ce formidable défi consistant à remettre la France dans ce monde qui a changé et qui appelle à un certain nombre de calages. Cela va nous permettre, peut-être, de rattraper le retard que nous avons pu accumuler face à nos voisins européens. En Allemagne, il y a plus de 4 millions d’indépendants, alors que nous en avons à peine plus de la moitié en France. Le candidat de cette relance économique, pour moi, c’est Emmanuel Macron. C’est quitte ou double : soit ça marche à 100 %, ou cela fera comme tous ces candidats qui avaient des grands programmes et des grands discours et, au final, on se retrouvera cinq ans plus tard à se demander pour qui nous allons voter à nouveau… Le monde a changé à une vitesse grand V. Il y a cinq ans, quand François Hollande est arrivé au pouvoir, ces plates-formes qui ont révolutionné le monde de l’emploi, avec de plus en plus d’emplois à la tâche, n’existaient pas. Mais on a quand même réglé un certain nombre de problèmes vis-à-vis de jeunes, notamment sans qualification. C’est un début de solution qui a émergé il y a à peine cinq ans et qui, aujourd’hui, bouleverse l’économie mondiale. »

Récemment mis en ligne

Le Château des Tourelles fait découvrir la gastronomie française à des apprentis du monde entier

Des apprentis cuisiniers viennent de partout dans le monde pour se former à la gastronomie …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *