Stéphane Lhomme : « Il est absolument anormal de laisser installer cet outil de surveillance dans nos logements. »

Le lanceur d’alertes dénonce les dangers inhérents aux compteurs communicants.

Stéphane Lhomme est conseiller municipal écologiste de Saint-Macaire, en Gironde, écologiste autonome, directeur de l’Observatoire du nucléaire, et à l’origine du mouvement Stop Linky. En effet, depuis plusieurs années, des milliers de personnes se mobilisent dans toute la France pour lutter contre l’installation obligatoire de ce nouveau compteur électrique. Selon les opposants au Linky, cet appareil serait dangereux pour la santé et mettrait par ailleurs en cause nos libertés individuelles, puisqu’il permettrait de savoir exactement quand on est chez soi et ce que l’on y fait… Des centaines de maires tentent de s’opposer à l’installation du compteur Linky dans leur commune, mais les délibérations sont systématiquement attaquées par Enedis et l’Etat, qui a rendu obligatoire l’installation du Linky lors du vote de la loi sur la transition énergétique. L’élu écologiste annonce qu’il a mis en place un véritable kit juridique à destination des maires, avec une délibération et un arrêté pour refuser l’implantation du Linky. Stéphane Lhomme était l’invité de Yannick Urrien le lundi 3 avril 2017 sur Kernews.

 

Kernews : D’abord, pouvez-vous nous rappeler ce qu’est le compteur Linky ?

Stéphane Lhomme : Le Linky est un compteur électrique qui est présenté par ses concepteurs comme un compteur intelligent, un terme que nous contestons, alors que c’est un compteur communicant qui va capter d’innombrables informations, beaucoup plus que notre simple consommation, et diffuser ces informations sans que nous puissions avoir la maîtrise des données.

Pourtant, les Français sont convaincus que le Linky va simplement mesurer la consommation électrique…

En réalité, ces machines sont capables de détecter à peu près tout ce qui se passe dans le logement ! En étudiant la courbe de consommation journalière, on pourra dire de manière extrêmement précise à quelle heure vous vous êtes levé et à quelle heure il y avait du monde chez vous. Ces appareils sont des véritables Big Brother, comme dans «1984» de George Orwell. On pensait que cela n’arriverait jamais, mais aujourd’hui on est confronté à ces gens qui veulent rentrer jusque dans nos logements pour poser ces appareils de surveillance, en nous disant que nous ne pouvons pas les refuser.

On pourrait même imaginer que le Linky puisse aider à effectuer des enquêtes policières ou fiscales…

Effectivement. On nous dit que ces informations ne pourront être utilisées qu’avec l’accord de l’usager, mais ce sont de belles promesses pour faciliter l’installation de ces compteurs. Une fois qu’ils seront en place, si on se laisse faire, il faudra dix secondes à n’importe quel gouvernement pour décréter que ces informations sont utilisables pour tout un tas de raisons : des raisons commerciales, puisque les informations peuvent être revendues très cher à d’innombrables sociétés qui vont vouloir ensuite démarcher les habitants, mais ces informations peuvent aussi être utilisées à des fins policières. C’est un outil de surveillance de masse et il est absolument anormal de laisser installer cet outil de surveillance dans nos logements ! Il suffira de dire que c’est pour chasser le terrorisme et les données des compteurs communicants seront utilisables… Finalement, cela servira à avoir un tas d’informations sur ceux que l’on appelle les individus à risque, c’est-à-dire ces citoyens qui s’occupent de ce qui les regarde et qui contestent les décisions de l’État.

Les opposants estiment que les fréquences captées par le Linky vous permettre de savoir ce que vous faites exactement dans la maison et quels appareils sont utilisés…

Les compteurs actuels se contentent de cumuler la consommation sur une période donnée. On calcule la quantité et, à la fin de la période donnée, votre fournisseur sait quelle quantité d’électricité vous avez consommée. Mais il ne sait absolument pas à quel moment et sous quelle forme vous l’avez consommée. Avec les compteurs Linky, il y aura une courbe de consommation et on pourra déterminer vos activités selon les heures…

Il y a également la question de notre santé qui est évoquée…

Ces compteurs vont insérer des données dans les fils électriques de notre logement, c’est ce que l’on appelle le CPL (Courant porteur en ligne). Une technologie qui existe depuis une cinquantaine d’années, ce que ne manque jamais de rappeler Enedis, pour faire croire qu’elle est anodine. Mais il faut savoir que dans les fils de votre logement, il y aura bien entendu de l’électricité, mais aussi ces données qui vont créer un rayonnement électromagnétique, qui peut être éventuellement faible, encore que le système Linky est évolutif. La plupart des gens ont leur lit contre un mur où passent des fils électriques et, toutes les nuits, des personnes vont être soumises à ce rayonnement, qui peut être très faible, mais de toute façon l’Organisation mondiale de la santé a clairement pointé une inconnue majeure sur une exposition faible, mais prolongée, qui peut amener des conséquences extrêmement dramatiques, comme déclencher des cancers ou des leucémies. Pas en quelques jours ou quelques mois, évidemment, mais nous ne voulons surtout pas servir de cobayes pour savoir, dans huit ou douze ans, combien de cancers nous aurons attrapé à cause de cette technologie !

Le CPL est pourtant déjà largement utilisé dans les maisons individuelles ou les grands appartements, puisqu’il permet de transmettre l’Internet par le réseau électrique là où le Wifi ne passe pas…

C’est une technologie qui fonctionne, mais qui est dangereuse, de la même façon que peut l’être le Wifi. D’ailleurs, dans ma commune nous avons pris une délibération municipale pour nous opposer à l’arrivée des trois types de compteurs communicants, parce qu’il ne faut pas oublier qu’en plus du Linky pour l’électricité, il y a le compteur Gazpar pour le gaz, et aussi le compteur communicant pour l’eau. Nous avons informé les habitants avec une lettre que nous avons assortie de conseils pour réduire notre exposition aux ondes électromagnétiques, comme se débarrasser du Wifi et du CPL. Par exemple, j’ai ma box à l’étage chez moi, j’utilise un câble ethernet de 30 mètres pour avoir Internet en bas et je n’ai ni CPL, ni Wifi… Il faut aussi comprendre que le système Linky est un système global, avec des appareils qui vont être installés dans les rues pour capter les informations et les faire repartir par téléphonie mobile. Ce sera la même chose pour les compteurs communicants de gaz et d’eau. On veut plonger la population dans une sorte de bain d’ondes électromagnétiques, de différentes fréquences et intensités, qui vont s’attaquer à nos cellules et déclencher des maladies très graves.

De nombreuses communes ont déjà fait voter des délibérations anti-Linky. Cependant, certaines associations conseillent à tous les maires, sans exception, de voter une délibération de précaution afin de manifester leur réticence sur l’installation du Linky et de se protéger s’ils devaient être poursuivis dans quelques années pour mise en danger de la vie d’autrui…

Je ne conseille pas ce genre de pratiques, il ne s’agit pas de se dédouaner pour ne pas être poursuivi lorsque les gens seront éventuellement gravement malades ! Je conseille à tous les maires de prendre leurs responsabilités. Il faut savoir que les compteurs d’électricité appartiennent aux communes et ce sont bien les maires qui doivent prendre leurs responsabilités pour protéger leurs administrés. Il est vrai qu’il y a une bataille juridique qui est engagée, puisque 345 communes ont déjà pris des délibérations pour s’opposer à l’arrivée des compteurs communicants. Or, ces délibérations sont systématiquement attaquées devant les tribunaux administratifs par l’industriel Enedis, mais aussi par les préfets, qui représentent l’État, et plusieurs procédures ont abouti à la suspension ou à l’annulation des délibérations, parce qu’elles n’étaient pas assez fouillées sur le plan juridique… C’est pourquoi j’ai demandé à un cabinet d’avocats spécialisés de travailler sur cette question et nous avons maintenant de nouvelles délibérations extrêmement pointues sur le plan juridique. La bataille juridique va pouvoir reprendre, puisque les communes ont commencé à remplacer leurs premières délibérations par ces nouvelles délibérations. Or, à nouveau, Enedis et les préfets attaquent ces délibérations devant les tribunaux administratifs mais, cette fois-ci, nous avons très bon espoir que ces délibérations soient validées et qu’il soit reconnu que les communes puissent protéger leurs administrés en refusant l’arrivée des compteurs communicants.

Certes, mais il y a des maires qui ont peur d’aller au tribunal administratif et qui sont un peu perdus, ce principe de précaution serait déjà un premier avertissement…

On voit tous les cas de figure au niveau des maires. Il y a des maires très cyniques qui essaient de se dédouaner pour ne pas risquer d’être poursuivis dans quelques années, mais qui ne veulent absolument pas prendre le risque de se mettre en travers de ce programme poussé par l’État parce que, très souvent, les maires ont des ambitions personnelles pour être conseiller départemental ou président du syndicat départemental d’énergie… Des postes gratifiants qui permettent d’avoir quelques indemnités supplémentaires… Les gens qui ont quelques ambitions comprennent tout de suite que s’ils s’opposent à ce programme poussé par l’État et par l’industriel Enedis, leur carrière peut en souffrir… Alors, il y a des maires qui se défaussent : « Je voudrais bien vous aider, mais la commune ne peut pas intervenir… » Mais il y a quand même beaucoup d’élus de bonne foi, qui n’ont pas un service juridique à leur disposition, et lorsque leur secrétaire leur dit que le préfet a téléphoné en expliquant que la délibération était illégale, on peut comprendre que certains maires soient intimidés et inquiets face à des menaces de rétorsion financière pour leur commune. Je parle de véritables méthodes mafieuses de la part de l’État et d’Enedis pour infliger ces compteurs aux habitants et aux mairies.

Vous évoquez les dangers du Linky, mais il y a la box Internet qui est tout aussi dangereuse et qui permet également de savoir ce que l’on pense et comment on vit… C’est pourtant passé comme une lettre à la poste…

On est effectivement confronté à une mise en cause de nos libertés publiques et à un traçage de nos activités, que ce soit sur Internet, dans notre voiture, dans nos déplacements ou avec notre carte bancaire… Mais on peut prendre des mesures pour se protéger de tout cela. On peut moins utiliser son téléphone portable et ne pas payer avec sa carte bancaire… Si vous avez un outil de surveillance qui est posé dans votre propre logement et qui va vous espionner 24 heures sur 24, vous serez pris au piège. C’est pour cette raison que nous conseillons vivement de s’opposer à l’arrivée de ces compteurs. J’ajoute que ces compteurs posent des problèmes techniques très importants à beaucoup de gens, une fois qu’ils les ont reçus. Il y a des foyers qui disjonctent continuellement depuis qu’ils ont le compteur Linky ! Ils passent leur temps à aller remettre l’électricité, jusqu’à ce que l’abonné prenne un abonnement plus élevé. Vous avez aussi d’innombrables témoignages de personnes qui ont leurs appareils qui dysfonctionnent et Enedis répond : « Ce n’est pas de notre faute, ce sont vos appareils qui ne fonctionnent pas bien ! » Vous avez aussi des factures qui sont entre 30 et 50 % plus élevées pour exactement la même consommation ! Outre les graves problèmes de libertés publiques et de mise en danger de la santé publique, on voit que beaucoup de gens vont être confrontés à des problèmes dans leur vie quotidienne avec des appareils qui dysfonctionnent et qui peuvent même générer des incendies. On a des compteurs actuels qui fonctionnent très bien, les fameux compteurs avec la roue qui tourne. Ce sont des machines extraordinaires qui ne posent aucun problème et qui ne volent pas les gens. Il faut tout simplement garder nos bons vieux compteurs actuels et ne pas se laisser imposer ces compteurs communicants.

Récemment mis en ligne

Le Château des Tourelles fait découvrir la gastronomie française à des apprentis du monde entier

Des apprentis cuisiniers viennent de partout dans le monde pour se former à la gastronomie …

One comment

  1. considéré isolément, le niveau du champ électromagnétique est très faible (bien que très proche de soi dans les fils des murs) , le problème des ondes électromagnétiques du compteur Linky , c’est qu’ elles se rajoutent à toutes celles déja émises dans la maison (wi-fi etc.) , avec des risques potentiels donc majorés : La prévention des risques des champs électromagnétiques : Source : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/rayonnements/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=126&dossid=338

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *