dans

1ère édition des Journées Musicales d’été au Croisic

Les 10 et 11 août, se tiendra au Croisic la première édition d’un nouveau festival de musique classique organisé par l’orchestre l’Ensemble Parallèle, qui réunira des musiciens français issus des meilleurs orchestres nationaux pour deux concerts : le premier de musique de chambre, le second symphonique et lyrique. Duos, quatuors à cordes, quintette à vents, airs d’opéra, répertoire baroque classique et romantique. L’ensemble proposera au public de la Presqu’île « d’entendre tous les répertoires défendus par les meilleurs instrumentistes de la jeune génération, à un tarif accessible à tous, et dans un désir d’accessibilité à toutes les cultures et sensibilités » indique Pierre Mosnier, directeur musical de l’Ensemble Parallèle et directeur artistique du Festival Les Journées Musicales d’été au Croisic. L’Ensemble Parallèle est un orchestre symphonique professionnel, implanté au Croisic depuis 2020 et constitué de musiciens issus d’horizons divers. Né en 2014 à l’initiative du jeune chef d’orchestre Pierre Mosnier, cet ensemble a pour objectif la promotion de la jeune génération émergente de musiciens classiques, instrumentistes, chanteurs et compositeurs.

Mercredi 10 Août :

Sergei Prokofiev ; Sonate pour deux violons

Jean Sibelius ; Duo pour violon et altos en do majeur

Franz Danzi ; Quintette à vents

Jean Sébastien Bach ; suite pour violoncelle seul

Jean Françaix ; quatuor pour flûte, hautbois, clarinette et basson

Salle Jeanne d’Arc à 21h.

Jeudi 11 Août :

Jean Sébastien Bach ; Double concerto pour 2 violons BWV 1043

Arcangelo Corelli ; Concerto Grosso op.8 n°6

Mozart ; Airs issus de divers opéras

Tchaïkovski ; aria de Lenski issu de l’opéra Eugène Oneguine

Surprises !

Salle Jeanne d’Arc à 21h.

Tarifs : 12 euros, 8 euros pour les – 12 ans.

Réservations au 06 62 40 99 05.

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Labarrière en liberté : jeudi 4 août 2022

La Baule rend hommage à Serge Gainsbourg à travers l’exposition Gainsb’Art