dans

Francis Bergeron : Qu’est-ce que le politiquement incorrect ?

L’invité de Yannick Urrien du mercredi 20 avril 2022

Nous débattons sur le thème du politiquement correct et du politiquement incorrect avec Francis Bergeron qui vient de publier, avec Philippe Randa, un livre de 850 pages sur ce sujet. Ce dictionnaire s’adresse aux collectionneurs non conformistes et aux bibliophiles. Il s’agit d’une sélection de plus de 500 ouvrages qui, à l’époque de leur parution, avaient été jugés scandaleux, anticonformistes, dangereux, éventuellement condamnables, ou encore acceptables au temps de la première publication mais aujourd’hui montrés du doigt, voire occultés ou faisant l’objet de tentatives de censure.

« Dictionnaire commenté de livres politiquement incorrects » de Francis Bergeron et Philippe Randa, est publié aux Éditions Déterna.

Extraits de l’entretien

Qu’est-ce que le politiquement incorrect ? Est-ce que le politiquement incorrect évolue au fil des époques ?

Francis Bergeron : Absolument. Le premier ouvrage de ce dictionnaire est le Discours sur l’universalité de la langue française d’Antoine de Rivarol, paru en 1784. Or, lorsqu’il est paru, ce livre n’était absolument pas politiquement incorrect. Rivarol était un intellectuel reconnu et c’était l’époque où l’on parlait du monde français, comme à l’époque romaine où l’on pouvait parler du monde romain. C’était presque une banalité que de parler de l’universalité de la langue française. Aujourd’hui, ce même livre a d’autres connotations, parce qu’il y a eu la Révolution française quelques années plus tard, parce qu’Antoine de Rivarol a été du côté des contre-révolutionnaires, et aussi parce que la langue française est attaquée par les anglicismes et tous les barbarismes du langage. Ce livre a donc aujourd’hui un côté un peu sulfureux quand on voit tous ces délires actuels visant à critiquer la France, son passé, sa langue et son histoire. C’est un livre qui est donc devenu incorrect.

Des intellectuels anarchistes ou libertaires peuvent-ils s’inscrire aussi dans le politiquement incorrect selon les époques ?

Bien sûr. Comme vous l’avez dit, la notion de politiquement incorrect évolue dans le temps. Un écrivain ou un intellectuel qui était incorrect de son temps est tout à fait admis aujourd’hui, et inversement. Par exemple, sur toute la production de ce que l’on appelait l’Enfer dans les bibliothèques, c’est-à-dire les livres érotiques et pornographiques, aujourd’hui c’est une banalité. On peut les trouver partout et il y a très peu de livres de ce genre qui sont interdits. À l’inverse, je prends l’exemple de la pédophilie : dans les années 70 et 80, on faisait l’apologie d’ouvrages pédophiles dans les colonnes du journal Le Monde ou de Libération et je rappelle que Libération était à l’époque le siège du Front de libération des pédophiles. C’était l’esprit de l’après-mai 68. Aujourd’hui, heureusement, ces livres sont devenus incorrects. Il y a l’incorrection qui est une forme de censure, mais il y a aussi l’incorrection qui est méritée. Il est certain que faire l’apologie de crimes à l’égard d’enfants, c’est incorrect, ce sera toujours incorrect, et c’est tant mieux.

Prenons l’exemple de la culture woke et du wokisme. Si, en 1950, j’étais un défenseur de la culture woke, j’aurais été politiquement incorrect à cette époque, alors qu’aujourd’hui je serais politiquement correct…

Effectivement, cette position serait aujourd’hui correcte, du moins dans l’université française et américaine. Pas forcément en Hongrie ou dans d’autres pays… Mais en 1950, le wokisme ne pouvait pas exister, parce que tout le monde, sur le terrain de la différenciation entre les hommes et les femmes, avait le même discours. De ce point de vue, le wokisme est une originalité ou une monstruosité. Il n’y avait pas de débat sur ces questions. Dans les écoles publiques, comme chez les curés, il y avait des classes pour les garçons et des classes pour les filles. Aujourd’hui, on dirait que c’est d’un passéisme incroyable que de distinguer les garçons et les filles. Le wokisme est quelque chose d’encore plus extraordinaire, puisqu’il s’agit de dire qu’il n’y a pas de garçons et de filles, mais uniquement des êtres qui choisissent librement leur sexe. C’est une absurdité totale ! Cette comparaison n’est pas forcément bonne, parce que c’est une idéologie destructrice de la science et de la logique. Elle n’aurait pas pu être correcte ou incorrecte en 1950, parce que cela ne pouvait pas exister…

En revanche, si je prends l’exemple des libertaires ou des anarchistes, leur culture était-elle vraiment politiquement incorrecte dans les années 60 ?

Pas vraiment. C’était vraiment dans l’air du temps. Il y avait les conservateurs qui se battaient pour conserver les traditions, notamment la patrie et l’Église et, de l’autre côté, il y avait l’esprit de mai 68 qui était parfaitement admis et qui commençait même à devenir très envahissant.

Donc, cet esprit de mai 68 était minoritaire, mais dans l’air du temps et très envahissant. Peut-on dire qu’aujourd’hui votre tendance idéologique, puisque vous êtes de droite, commence à être dans l’air du temps et envahissante ?

On peut espérer que les positions exposées par des gens comme Patrick Buisson ou Philippe de Villiers seront banalisées dans quelques années. Mais je ne vois pas encore l’Éducation nationale changer sur ce terrain… Prenons l’exemple de l’histoire des guerres de Vendée : c’était quelque chose qui n’existait pas, il y avait peu de publications sur la question, ou très confidentielles, alors qu’aujourd’hui il y a beaucoup d’ouvrages sur ce sujet. Cependant, on n’en est pas encore à un renversement de l’histoire au point de qualifier ces massacres de crimes contre l’humanité. Pourtant, ce sont les plus gros massacres collectifs que la France ait connus depuis les guerres de Religion. Nous avons encore beaucoup de chemin à faire avant que les livres non conformistes d’aujourd’hui ou d’hier deviennent des banalités ou des lieux communs.

Lien pour commander le livre de Francis Bergeron

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Xavier Fournier : « Le pays se trouverait face à de grandes difficultés dans l’hypothèse d’une victoire du Rassemblement national. »

Labarrière en liberté : mardi 19 avril 2022