dans

Gilbert Collard : « Monsieur Macron n’est pas un homme d’État, c’est une vedette du music-hall médiatique. »

L’invité de Yannick Urrien : lundi 28 mars 2022

Gilbert Collard est député européen, président d’honneur de Reconquête et porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.

Gilbert Collard, qui se définit comme un « casse-couilles » démocratique, répond sans langue de bois aux questions de Yannick Urrien.

Extraits de l’entretien

Gilbert Collard explique que « le bruit et la fureur médiatique nous rendent cons. On est dans le présentéisme le plus pénible : on doit répondre à une question en un quart d’heure et on doit donner un avis sur tout. Bien souvent, on n’est pas dans la maturité d’une réflexion suffisante. Nous n’avons pas le choix. À part Éric Zemmour, qui a une analyse en profondeur, qui a une doctrine, je constate que tous les autres sont des perroquets qui répètent la même chose, sans avoir le courage des solutions efficaces. Nous sommes dans un monde très pénible pour l’intelligence. Il faut aller vite, il faut répondre vite, il faut avoir des solutions à tout et il faut surtout être bien reçu dans les salons médiatiques. Il faut faire du Robert Ménard en quelque sorte. Il y a une espèce de recherche du prix Nobel de la paix médiatique chez tous ces gens. »

Ce qui est terrible, c’est qu’il n’y a plus de place pour la nuance, que ce soit pour les vaccins ou la situation en Ukraine. Il faut être pour ou contre, c’est le cas pour la plupart des sujets…

Nous sommes dans un monde robotisé, il faut être pour ou contre. Dès l’instant où l’on introduit la moindre nuance, on se fait accrocher sur la nuance, comme si l’on avait fait de la nuance une opinion définitive. Or, la dialectique, le raisonnement, l’intelligence, depuis Platon qui a fait de la philosophie la résistance à l’opinion publique, c’est la nuance. C’est toujours la nuance qui fait le bon chemin. Mais aujourd’hui, il faut être catégorique comme Pascal Praud, avoir la certitude de Ruth Elkrief, être définitif comme Patrick Cohen, sinon vous êtes puni. Quand on a une opinion nuancée, on est au coin. Par exemple, sur l’Ukraine, je partage l’opinion d’Hubert Védrine, qui est très nuancé. Quand on discute avec lui de l’Ukraine, il est très nuancé. Cela n’a rien à voir avec les caricatures que l’on entend aujourd’hui.

Il aurait été intéressant d’avoir l’avis du général de Gaulle ou de Philippe Séguin…

C’étaient des hommes d’État qui avaient un cerveau en état de servir l’État. Aujourd’hui, nous avons des vedettes du music-hall médiatique. Monsieur Macron n’est pas un homme d’État, c’est une vedette du music-hall médiatique.

Écrit par Rédaction

Un commentaire

Laisser un commentaire
  1. Bonjour,

    Les soignants et autres métiers soumis à l’obligation vaccinale qui ont refusé ces injections, sont suspendus depuis 6 mois dans l’ignorance totale. Tous les samedis depuis juillet 2021, des manifestations ont lieu dans toutes les villes de France et trop peu de média en parle !
    La santé va mal, le manque de personnel était déjà important mais c’est encore pire avec ces suspensions. Les hôpitaux de Guérande, Saint-nazaire et Nantes sont obligés de faire des job dating pour recruter, alors que des personnes sont formées mais suspendues…
    Comment faire réagir le peuple français, je suis désespérée ?
    Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Analyse de l’actualité avec Robert Lafont

Labarrière en liberté : vendredi 25 mars 2022