dans

La Baule : CSIO5* – Rolex Grand Prix – Ville de la Baule Victoire de la Canadienne Beth Underhill

 

Le Rolex Grand Prix – Ville de La Baule du CSIO5* de France a tenu toutes ses promesses, ce dimanche dans un stade François André plein à craquer.
Cinquante couples étaient au départ de la première manche, seuls les treize meilleurs pouvaient se qualifier pour la seconde.
Sans faute à l’issue du parcours de 14 obstacles dessiné par le chef de piste Grégory Bodo, quatre couples français ont obtenu leur qualification pour la seconde manche : Nicolas Delmotte et Dallas Vegas Batilly, Pénélope Leprévost et GFE Excalibur de la Tour Vidal, Simon Delestre et Cayman Jolly Jumper et Pierre-Marie Friant et Urdy d’Estrée. Il y avait également la Canadienne Beth Underhill associée à Dieu Merci Van T&L, un étalon appartenant au champion olympique 2008 et chef d’équipe du Canada, Eric Lamaze.
Dans ce parcours réduit à 8 obstacles, le couple canadien s’est montré plus agile, plus rapide et a réussi à boucler un deuxième sans-faute. Avec cette victoire, Beth Underhill devient la 7e femme à inscrire son nom au palmarès baulois, après Janou Lefèbvre (FRA) en 1962, 1971, 1947 et 1975, Alexandra Ledermann (FRA) en 1994, Alison Bradley (GBR) en 1995, Katie Monahan-Prudent (USA) en 1997, Angélique Hoorn (NED) en 2002 et Simone Blum (GER) en 2019.
Le Brésilien Yuri Mansur et Vitiki, double sans-faute également, prennent la deuxième place. Avec un total de 4 points et dans le même temps, Grégory Wathelet (BEL) et Nevados S et le Français Pierre-Marie Friant et Urdy d’Astrée sont 3e ex aequo.

ILS ONT DIT

Beth Underhill (CAN), vainqueur avec Dieu Merci Van T & L
« J’ai un beau parcours en équitation avec une petite pause dans ma carrière ; j’ai repris il n’y a pas très longtemps. Je monte mon cheval depuis deux mois et c’est le troisième parcours à 1,60 m que je réalise avec Dieu Merci. Il me convient parfaitement car il est rapide et il a de très grandes foulées donc nous matchons très bien ensemble. Ce matin, j’ai fait le tour du stade et je suis allée voir tous les noms des gagnants inscrits sur le marbre de la tribune René Pasquier, où bientôt il y aura aussi mon nom. J’ai vu le nom d’Éric (Lamaze), inscrit deux fois en 2011 et 2014. Éric m’a dit après la première manche de foncer car je pouvais le faire. Je suis ravie de ma performance et ravie d’être avec Éric qui a tant donné et qui continue de tout nous apporter. Merci beaucoup à Rolex pour leur soutien depuis des années pour notre sport. Il y a un nouveau chapitre qui vient de s’écrire à La Baule avec Rolex et nul doute que cela sera porteur de belles histoires dans les années à venir. Le plan pour l’équipe du Canada est maintenant de partir au CSIO5* de Rome, je vais rentrer après au Canada et continuer à monter les chevaux d’Éric. La première fois que j’ai monté pour l’équipe canadienne c’était en 1990. Nous sommes très proches avec Éric et nous nous entendons très bien. Il m’a contacté en novembre et m’a fait confiance, je l’ai donc suivi et j’ai arrêté mon activité à ce moment-là pour me reconcentrer sur ma carrière de cavalière. »

Yuri Mansur (BRA), 2e avec Vitiki
« Quand je suis rentré en piste en seconde manche, j’étais le premier à avoir fait un sans-faute dans la première et j’ai vu qu’il n’y avait personne qui était sans-faute. Alors j’ai voulu être rapide. Ma stratégie était très bonne parce que ça montrait que c’est difficile de faire mieux que ça. Il faut compter aussi sur la chance. Je pense que c’était la meilleure stratégie. Il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire. »

Pierre-Marie Friant (FRA), 3e ex aequo avec Urdy d’Astrée
« C’est magique ! C’est vrai que je suis content car Urdy d’Astrée a eu des petits problèmes de santé en début d’année et il est revenu en grande forme. J’ai eu le temps de le remettre très, très bien et il est remonté en puissance. Mon cheval a répondu présent aujourd’hui. Il se donne à fond et je suis très content. Pour la faute, on dit souvent que c’est la faute du cavalier, après bon j’ai peut-être pris trop de risques. Voilà après c’est le jeu. Je suis ravi de cette 3e place ! »

Pierre de Brissac, président du Jumping international de La Baule
« Cette édition était très particulière. Je voudrais remercier Franck Louvrier, Maire de La Baule-Escoublac car sans lui, on ne serait pas là, ainsi que la maison Rolex naturellement. C’est la première page d’un livre qui se tourne, donc beaucoup de choses sont à améliorer mais on sera là pour la suite. J’ai eu beaucoup de retour de cavaliers pour dire que le terrain était très bon. La Fédération Française d’Équitation nous a aidé à passer ce nouveau cap. Merci au président Serge Lecomte. Merci aussi à Sophie Dubourg, la Directrice technique nationale. »

Franck Louvrier, Maire de La Baule-Escoublac
« Je suis très heureux de ce partenariat avec Rolex, c’est un peu comme une grande histoire d’amour qui commence. Je voulais aussi souligner que cette manifestation reste très populaire, ce qui nous rend fiers. Je remercie le public venu en nombre et tous les participants à cette manifestation. »

Frédéric Cottier, directeur technique du Jumping international de La Baule
« Le parcours de Grégory Bodo était très bien, dans la mesure où il faut préserver l’intégrité des chevaux, ce qui à mon sens est le principal. Il faut poser des problèmes techniques aux cavaliers et faire en sorte que le parcours soit le plus confortable possible physiquement pour les chevaux. Et ça s’est formidablement bien passé. »

Plus d’informations sur : www.labaule-cheval.com

Écrit par Fabienne Brasseur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

44 nouveaux arbres plantés au Pouliguen

Le Pouliguen : Concours des Jardins