dans

La Baule encadre les locations saisonnières de type Airbnb

La Baule annonce l’encadrement des locations saisonnières face au manque de logements à l’année. À partir du 1er janvier 2023, chaque propriétaire ne pourra pas louer plus de deux logements meublés saisonniers. Concrètement, le nombre de bien meublés pouvant être soumis à autorisation sera dorénavant limité à deux par foyer fiscal et par personne morale, par période de trois ans. Le règlement qui oblige les loueurs de meublés à s’enregistrer et à demander un changement d’usage pour leur résidence secondaire est aussi modifié puisque l’autorisation ne sera plus illimitée, mais seulement valable trois ans. Le règlement de copropriété devra aussi autoriser cet usage. Cette mesure entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2023 pour les nouveaux logements, et le 1er janvier 2024 pour ceux qui ont déjà leur autorisation. Cependant, le nombre de deux logements pourra être augmenté en cas de compensation. Lorsque l’on dépasse les deux logements, il faudra mettre sur le marché un logement à l’année pour obtenir l’autorisation d’un meublé de plus. La ville annonce aussi une augmentation de la taxe de séjour, payée par les vacanciers qui louent ces meublés, qui passe de 3 à 5 %, avec un montant maximum de 5 € par nuit et par personne.

Le but est que des propriétaires de résidences secondaires reviennent vers du locatif à l’année.

Franck Louvrier, maire de La Baule, insiste sur le fait qu’il ne s’agit aucunement de contraindre mais de réguler un marché « qui est à l’heure actuelle un peu le Far West ». En effet, « en s’appuyant sur l’expérience d’autres villes littorales, nos élus et nos services ont travaillé vite, mais efficacement, pour proposer des mesures qui sont équilibrées et applicables juridiquement. Le but est que des propriétaires de résidences secondaires reviennent vers du locatif à l’année. En parallèle, il y a aussi la volonté de réduire le nombre de logements vacants à La Baule-Escoublac, qui sont quand même au nombre de 980 en incitant notamment à leur location. Nous voulons permettre aux Baulois qui ne sont pas propriétaires de leur logement de pouvoir rester vivre dans leur ville, tout en pouvant accueillir de jeunes actifs, en particulier des couples avec enfants, afin aussi de pérenniser nos classes. »

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Guérande : rendez-vous avec les élus le 30 avril

Labarrière en liberté : mardi 26 avril 2022