dans

La Baule lance « Les nocturnes du marché » tous les vendredis d’août.

La ville de La Baule a décidé de multiplier les animations au cours de l’été, en partenariat avec les commerçants locaux. Ainsi, chaque vendredi soir, jusqu’au 31 août, le quartier du marché est piétonnisé et des tables sont installées pour que les familles et les amis puissent s’y retrouver dans une ambiance festive. Laurence Briand, adjointe en charge du développement économique et du tourisme, évoque les origines de cette initiative : « Nous sommes partis du constat que nous avions une très belle clientèle à La Baule mais que, comme elle n’avait pas d’endroit bon enfant et familial pour prendre un verre et passer un moment festif, elle allait dans des communes avoisinantes. Nous avons un lieu de prédilection qui est tout le quartier du marché et nous avons décidé de transformer ce quartier en une zone piétonne et festive, avec un ensemble d’animations, en partenariat avec tous les acteurs économiques. Cela marche très bien. Tout le monde a répondu présent, les restaurants et les bars, mais aussi les autres commerces, y compris ceux qui sont sous les halles. » Cette opération est un succès, alors que beaucoup pensaient qu’elle ne fonctionnerait pas, comme le souligne Laurence Briand : « On a dû me répéter 200 fois que cela ne marcherait jamais ! Donc, il faut avoir la conviction que cela va être possible et c’est à partir de ce moment que l’on fait bouger les lignes. Il faut être dans une énergie positive qui soit contagieuse et c’est toute la clé du succès ».

Parallèlement, toujours dans le même état d’esprit, il a été également décidé de piétonniser la Place Leclerc afin de permettre aux bars et aux restaurants de disposer de davantage d’espace en terrasse. Laurence Briand souligne que la piétonnisation est un sujet sensible : « Il y a toujours une majorité de commerçants qui sont contre la piétonnisation. Alors, nous avons essayé de faire du sur-mesure et de répondre à cette demande des restaurateurs de la Place Leclerc en créant une zone privilégiée qui soit aussi un élément d’attractivité, afin que les restaurateurs puissent ainsi récupérer les places qu’ils avaient perdues à l’intérieur en raison du Covid-19. Donc, on ne bloque pas la circulation avenue de Gaulle et l’on arrive à contenter les restaurateurs, tout comme les habitants et les touristes… »

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un Baulois raconte son expérience de « startuper. »

Cap Atlantique vote un dégrèvement exceptionnel de la CFE au profit des PME touchées par la crise sanitaire