dans

La Baule : un espace de logements inclusifs au cœur d’Escoublac

Le concept développé par le groupe Homnia vise à permettre à des personnes en situation de handicap de vivre chez eux, mais ensemble, et la ville de La Baule a décidé de créer un programme d’habitat inclusif innovant dans l’ancien presbytère d’Escoublac, qui va devenir La Villa Zélie. Sophie Peureux, conseillère municipale en charge du handicap, souligne que « c’est une volonté politique de Franck Louvrier et de l’équipe municipale que de remettre les personnes en situation de handicap au cœur de la cité. L’habitat inclusif, c’est une collocation pour six adultes en situation de handicap, dans une villa aménagée comme une maison familiale, dans laquelle ces personnes pourront disposer d’un service d’aide à domicile pour développer leur autonomie ». Franck Louvrier, maire de La Baule, souhaite aussi « sortir des mauvais clichés en montrant que La Baule-Escoublac est une ville ouverte, qui accueille tout le monde et surtout ceux qui sont nés différemment, ou qui ont connu un accident de la vie. Le handicap est un enjeu majeur de société qui touche 10 millions de personnes en France, soit 24 % de la population active. Si le regard porté sur ces personnes a évolué, beaucoup reste à faire pour améliorer leur place dans la société et leur reconnaître une pleine fonction sociale et citoyenne ».

Ce seront vraiment des domiciles privés pour ces personnes qui partageront les espaces de vie ainsi que les services d’aide humaine.

Franck Louvrier ajoute : « Ce projet innovant et symbolique est d’une envergure rarement portée par une commune. Homnia, avec le « Club des 6 », développe une solution d’inclusion sociale par la création des lieux de vie solidaires au sein de la cité, composés de logements adaptés pour des personnes en situation de handicap où l’isolement et la différence sont dépassés et laissent place au partage ». Concrètement, l’investissement de 1,1 million est intégralement porté par Homnia en échange de la mise à disposition du bâtiment par la mairie à travers un bail longue durée (60 ans), contre une redevance unique de 1 €. La propriété des biens restant à la commune au terme du bail. Notons que ces logements sociaux sont comptabilisés au titre de l’inventaire SRU sans investissement de la commune. Ce seront vraiment des domiciles privés pour ces personnes qui partageront les espaces de vie ainsi que les services d’aide humaine. En effet, un colocataire ne peut pas vivre de manière indépendante avec seulement quelques heures d’aide par jour. Ainsi, la mise en commun des heures par le groupe des six colocataires leur permettra de bénéficier d’une assistance 24h/24 et 7j/7. Franck Louvrier est fier de porter ce projet, car « il est innovant, générateur de nouvelles valeurs solidaires, et il participe activement à instaurer un climat de tolérance parmi les citoyens. C’est aussi un véritable enrichissement sociétal pour les habitants de la commune puisque les citoyens valides apprennent à vivre au contact de la différence, à dépasser leurs craintes et leurs jugements, à porter un autre regard sur le handicap, et ce, dès le plus jeune âge ».

Notre politique vise à améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap

Sophie Peureux ne manque pas de projets dans ce domaine : « Notre politique vise à améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap. Cela passe par plusieurs choses, comme un label que nous allons proposer aux commerces et aux hôtels baulois pour améliorer l’expérience client des personnes en situation de handicap. Nous voulons aussi favoriser l’accès à la plage. Nous travaillons aussi sur l’accessibilité en adaptant l’accès aux bâtiments publics. Nous avons une commission extra-municipale pour travailler sur l’amélioration du quotidien des personnes en situation de handicap, avec des élus, des représentants d’associations, des aidants, des professionnels de santé, et des personnes en situation de handicap. Nous avons la chance d’avoir un maire qui est très sensibilisé sur le champ du handicap et qui nous laisse carte blanche pour améliorer tout ce qui peut favoriser le quotidien des personnes en situation de handicap ».

Ecoutez Sophie Peureux au micro de Yannick Urrien jeudi 13 octobre sur Kernews

Photo : Franck Louvrier remet les clés de La Villa Zélie à Maïlys Cantzler, fondatrice de Homnia, en présence de Sophie Peureux, conseillère municipale en charge du handicap.

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Marc Alpozzo :« Sandrine Rousseau, Alice Coffin ou Clémentine Autain sont devenues les nouvelles éducatrices du peuple en faisant à longueur de temps des leçons de morale à tout le monde. »

Labarrière en Liberté : lundi 17 octobre 2022