dans

La quatrième édition des Carnets du Pouliguen est consacrée au patrimoine religieux

L’association des Greniers de la Mémoire, basée au Pouliguen, vient de publier la quatrième édition de sa revue d’histoire. Le thème retenu est le patrimoine religieux du Pouliguen. Gisèle Guillas, présidente des Greniers de la Mémoire, rappelle l’objectif de cette structure : « Nous sommes une association ancienne, dont le but est de promouvoir le patrimoine historique du Pouliguen. Nous organisons des visites guidées l’été et nous écrivons aussi l’histoire du Pouliguen à travers des carnets. Il y a beaucoup de matière. Le premier carnet était consacré à la cession du village du Pouliguen avec la paroisse de Batz-sur-Mer, c’était la naissance de la commune. Ensuite, nous avons relaté l’histoire des maires, depuis Jules Benoît. Et le troisième carnet était consacré à l’histoire du sel et du port du Pouliguen ». La dernière édition concerne donc son patrimoine religieux : « Nous avons fait appel à deux historiens importants de la région, Gildas Buron et Laurent Delpire, qui évoquent notamment la Chapelle de Penchâteau, qui est le monument le plus ancien sur le territoire. C’est une petite merveille qui n’est pas très connue. Le village de Penchâteau, qui a été relié au Pouliguen, est d’ailleurs l’un des plus anciens de la région. Cette chapelle date du début du XVe siècle. Elle était dédiée à Saint Julien et, quand le culte de Sainte-Anne-d’Auray s’est développé, les gens l’ont appelée la Chapelle Sainte-Anne. Il y a aussi l’ancienne Chapelle Saint-Nicolas, qui a été bâtie en 1626. Elle était située à l’endroit des halles actuelles et elle est devenue l’église Saint-Nicolas. Nous avons fait également l’inventaire des croix, des crucifix et des calvaires qui sont au Pouliguen ». La revue Les Carnets du Pouliguen est distribuée à l’Intermarché du Pouliguen, à l’Office de Tourisme, à l’Espace Culturel Leclerc de Guérande, au tabac La Civette au Pouliguen et à la Librairie du Pouliguen.

Publicité

Christine Blanc

Installé au cœur de la baule depuis plus de 20 ans, le salon de coiffure Christine Blanc vous accueille dans une ambiance chaleureuse et conviviale entièrement dédiée à la beauté et au soin du cheveu. Composéd’un étage, il vous propose au sein d’un espace privilégié, consacrénotamment à la métamorphose du cheveu, de répondre aux exigences des client(e)s souhaitant profiter d’un moment de tranquillité et de relaxation.

Christine Blanc, 154, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 44500 La Baule-Escoublac. Téléphone : 02 40 11 05 11. Lien vers le site de Christine Blanc.


 

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Francis Bergeron publie deux nouveaux romans sur la presqu’île

Une exposition en hommage à Olivier Guichard à la mairie de La Baule