dans

Le baulois Yves Rajaud marie la poésie à la discipline du management

Yves Rajaud vient de publier un nouveau roman intitulé « Ève au linteau ». Il raconte l’histoire d’un universitaire qui lie connaissance avec un homme d’affaires rêvant de développer des franchises consacrées au développement personnel et, au cœur de leur rencontre, intervient Mary-Ève, séductrice et fragile… La sortie de ce roman est aussi l’occasion de mieux connaître Yves Rajaud qui a été l’un des créateurs de l’APM (Association progrès du management) : « À l’époque, je faisais du conseil et j’ai eu la chance de rencontrer Pierre Bellon, PDG de Sodexo, qui avait cette idée simple : le progrès de l’entreprise passe par le progrès de son leader. Alors, pour faire progresser une entreprise, il faut faire progresser le chef d’entreprise. Il y avait toujours le souci de progresser, car il ne s’agit pas d’être dans la perspective d’une entreprise où l’on fait un coup, on gagne de l’argent et on repart, mais d’être dans une entreprise patrimoniale qui doit durer. » Progressivement, il a développé une approche métaphorique du management en faisant venir des artistes dans les entreprises : « La culture générale, a priori, cela ne sert à rien, mais cela permet de mieux comprendre les problèmes et de les mettre en perspective. Quand vous avez un intervenant qui vous montre des tableaux, qui emmène des chefs d’entreprise au musée Picasso ou au Louvre, en les aidant à décortiquer l’œuvre, on apprend de cette façon à décortiquer des situations plus complexes. Le chef d’entreprise doit être dans une perspective à moyen ou à long terme et il ne doit pas être en train de régler les problèmes immédiats, sinon cela ne marchera pas à long terme. »

Yves Rajaud est par ailleurs un passionné de poésie, ce qui l’a amené à publier « Nus bleus », mais aussi « Poésie Management ». Pourquoi cet intérêt ? « La poésie, c’est quelque chose qui, actuellement, ne vaut pas tripette. Mais c’est bien plus beau quand c’est inutile ! Pourquoi écrivez-vous ? La réponse du poète sera toujours la plus brève : pour mieux vivre. Donc, c’est une façon de voir les choses et de vivre. La première démarche de l’écrivain ou du poète, c’est d’abord le plaisir de l’écriture. » Pour Yves Rajaud, « la poésie, ce n’est pas simplement les rimes. Il est très difficile pour un poète de dire ce qu’est la poésie. La vraie poésie est davantage dans l’image et la métaphore que dans la rime pure. Charles Aznavour disait, lorsqu’un jeune chanteur venait le voir :  Surtout, ne prenez pas un dictionnaire de rimes, mais prenez un dictionnaire de synonymes pour faire des chansons… » Le nouveau livre d’Yves Rajaud a été écrit à La Baule, lors du premier confinement et l’auteur précise s’être inspiré de faits réels : « Il y a un peu de vrai. Le personnage central, un chef d’entreprise qui veut lancer des franchises en développement personnel, va mourir, ce qui n’est pas le cas dans la réalité. Ce qui est réel, c’est la rencontre entre un professeur émérite, à la retraite, et des chefs d’entreprise. J’ai voulu travailler sur la rencontre entre ces deux mondes, avec au centre une intrigue policière, mais l’idée est d’avoir un professeur, philosophe, spécialiste des relations humaines, qui rencontre un homme de terrain qui veut créer des franchises avec comme seul objectif de faire de l’argent. Donc, la rencontre devient très vite particulière… »

Ecoutez Yves Rajaud sur Kernews

« Ève au linteau » d’Yves Rajaud est publié aux Éditions Edilivre.

Publicité

Christine Blanc

Installé au cœur de la baule depuis plus de 20 ans, le salon de coiffure Christine Blanc vous accueille dans une ambiance chaleureuse et conviviale entièrement dédiée à la beauté et au soin du cheveu. Composéd’un étage, il vous propose au sein d’un espace privilégié, consacrénotamment à la métamorphose du cheveu, de répondre aux exigences des client(e)s souhaitant profiter d’un moment de tranquillité et de relaxation.

Christine Blanc, 154, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 44500 La Baule-Escoublac. Téléphone : 02 40 11 05 11. Lien vers le site de Christine Blanc.


 

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Labarrière en liberté : vendredi 14 Mai 2021

La dernière lubie des écologistes : limiter le nombre de mètres carrés par personne !