dans ,

Le Marché Paysan Socali vous aide à conquérir votre autonomie alimentaire

Que vous ayez un petit balcon, un jardin de ville ou de grandes surfaces, le Marché Paysan Socali propose un espace graineterie qui répond à toutes les attentes. L’équipe est également formée pour conseiller tous les publics, de l’ancien citadin novice qui voudrait bien faire pousser quelque chose dans son petit jardin, au survivaliste qui a pour objectif de conquérir son autonomie alimentaire ! Soyez rassurés, si vous n’y connaissez rien après avoir vécu des décennies dans des métropoles, on ne se moquera pas de vous : « Aucune question n’est ridicule. C’est même normal, car personne n’apprend cela s’il n’est pas issu d’un milieu rural, donc c’est aussi à nous de faire preuve de pédagogie » souligne Aurore, responsable de l’espace graineterie. Ce rayon existe depuis 1905. Il a progressivement pris de l’importance, mais aujourd’hui l’équipe souhaite vraiment en faire un espace majeur. Fabien Floquet, l’un des responsables du Marché Paysan Socali, expose la philosophie de l’enseigne : « On a délégué notre alimentation à d’autres et nous devons revenir là-dessus en reprenant l’initiative. C’est une question centrale pour notre avenir et cela nous permet aussi de mieux appréhender les efforts qui sont faits par les agriculteurs. En plus, c’est vraiment gratifiant de faire ses premières récoltes ! Par exemple, nous avons une soixantaine de variétés de pommes de terre, bientôt une centaine. Nous sommes en pleine saison. On devrait tous avoir le réflexe de faire cela. D’abord, sur le plan pédagogique, c’est très intéressant, c’est l’occasion d’une belle transmission et d’un partage entre les générations. Ensuite, cela nous amène à respecter davantage le travail des femmes et des hommes qui nous fournissent notre alimentation du quotidien. Notre terre, c’est un bien commun. Nous devons tous être capables de reprendre complètement la pleine maîtrise de nos environnements. »

Les fruits et légumes : des produits de luxe ?

Il y a plusieurs bonnes raisons pour cultiver ses propres fruits et légumes. D’abord, tout le monde devrait recevoir une éducation à l’autonomie alimentaire : « Nous venons de vivre deux années incroyables. On risque de se retrouver davantage confronté à ce genre de situation, parce que nous avons appauvri nos écosystèmes et trop délégué des problématiques essentielles. On a considérablement appauvri la faune et la flore dans nos environnements et c’est un vrai problème, mais un problème qui n’est pas irrémédiable. » Fabien Floquet ajoute : « On observe que la sécurité alimentaire et l’autonomie alimentaire sont des questions centrales et notre rayon de semences et de graines est sans doute l’un des plus fournis de la région. Nous avons plus de 2000 références et notre offre s’étoffe encore ! Nous travaillons sur les plantes traditionnelles, les graines potagères, du conventionnel et du bio, mais également des variétés anciennes, avec un choix très large. Nous proposons tout ce qui permet de recréer un écosystème riche et développé. Nous allons amplifier cette démarche car nous considérons que cela relève d’un bien commun. Nous devons être en mesure de fournir ce qu’il faut aux gens pour leur permettre d’entretenir leur environnement, mais aussi pour qu’ils soient capables de se nourrir par eux-mêmes. Protéger ou enrichir notre environnement relève de la responsabilité de chacun d’entre nous. Nous voulons vraiment développer ce segment. » Il y a aussi l’argument économique pour certains. Récemment, le journal de 20h de TF1 a même consacré un reportage à ce sujet, en expliquant que les fruits et légumes devenaient des produits de luxe. Fabien Floquet estime que « c’est un triste constat pour une nation comme la nôtre, car nous sommes une nation de cultivateurs, et c’est la raison pour laquelle nous avons envie de promouvoir toutes ces semences et d’encourager les gens à cultiver leur jardin. »

Agir en faveur de la biodiversité.

Aurore signale que l’enseigne peut répondre à toutes les demandes : « Nous sommes en mesure de recommander les variétés qui peuvent être mises en place en fonction du cahier des charges de chacun. Nous avons le matériel nécessaire et l’équipe du jardin est aussi en mesure de conseiller chaque personne dans l’optimisation de son espace. Tout le monde a envie de participer à ce retour à la production. » L’autre argument est celui de la biodiversité : il suffit de pas grand chose, même d’un simple balcon ! Plutôt que d’avoir une parcelle de terrain où l’on va laisser pousser des mauvaises herbes, on peut choisir la culture que l’on va y faire, ce sera bénéfique pour le sol et ce sera bénéfique pour les cultures avoisinantes. On revient sur un écosystème plus complet et plus complexe. Une parcelle qui n’est pas exploitée doit quand même être entretenue par l’homme. Les deux dernières années ont démontré que nous étions trop dépendants de ce que les autres faisaient et cela doit changer. » Enfin, consacrer quelques heures à s’occuper de son potager, entretenir ses fleurs et ses plantes, travailler sur son aménagement extérieur, et surtout, à la fin, déguster ses propres fruits et légumes, c’est un plaisir immense et un sentiment de grande satisfaction. C’est sans doute le plus important ! Cultivez votre jardin !

Marché Paysan Socali, Route du Point du Jour à Saint-Nazaire (L’Immaculée) Tél. : 02 40 22 46 36.

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le Comptoir des Savonniers prend soin de votre corps

BodyHit : l’efficacité de 4 heures de sport en 20 minutes !