La Baule+

la baule+ 32 // Juillet 2022 Comment éviter que les rêves soient des faux amis et que l’on interprète dans le mauvais sens un message que l’on a cru recevoir ? Il faut en parler avec une personne. Cela n’a rien à voir avec un dictionnaire des rêves, qui serait une absurdité, mais il y a beaucoup de sens possibles dans un rêve. Bien évidemment, on est tous très doué pour arriver à tirer un rêve vers notre désir principal. Donc, discuter avec un thérapeute qui vous aide à trouver du sens par rapport à ce que vous ressentez, c’est important. Le ressenti compte énormément. On peut rêver que l’on est en train de quitter son conjoint, on se réveille en étant très angoissé, or ce n’est pas forcément une indication sur le fait qu’il faut le quitter. Au contraire, le ressenti du réveil peut montrer qu’il y a une tension ou une peur. Après, si l'on veut vraiment analyser un rêve, il faut creuser les motifs, voir comment cela résonne… Chaque personne a autour d’elle des motifs qui donnent des indications favorables ou défavorables. Même sans thérapie, il est important que les couples et les familles se racontent leurs rêves au petit-déjeuner, ce serait une belle manière de démarrer la journée. L’héroïne du livre explique que la nuit permet de réfléchir. La différence, c’est que dans la réflexion, on pilote la télécommande de son programme, on décide de réfléchir à tel ou tel sujet, alors qu’à l’inverse le rêve est quelque chose que l’on reçoit… On dit souvent qu’il faut attendre une nuit avant de prendre une décision… Les Américains disent toujours qu’il faut dormir sur sa problématique. Parfois, certains rêves laissent leur empreinte sans que l’on s’en souvienne, il y a juste une évidence qui nous guide vers telle ou telle direction et cela peut être l’empreinte du rêve. J’aime bien ce côté rebelle du rêve. Vous rappelez que les thérapeutes sont à l’origine une secte juive qui vivait dans le désert d’Égypte, hommes et femmes séparés, au service des Ecritures et de la contemplation : c'était finalement la médecine de l’âme… On y revient et je trouve que c’est essentiel. Un moment, je me suis posé la question sur l’origine du mot thérapeute. Au départ, c’étaient des personnes qui étaient au service du salut et du bienêtre des autres. Vous faites beaucoup de références à Jésus et à la spiritualité… On parle beaucoup des rêves dans la Bible. L’ange Gabriel annonce à Marie qu’elle va être enceinte, alors qu’elle n’a pas connu d’hommes, c’est un rêve. Il y a énormément de rêves qui annoncent des bonnes ou des mauvaises nouvelles dans la Bible. Dans la Grèce antique, les gens venaient près du temple du Dieu de la médecine, pour attendre un rêve qui allait leur dire s’ils allaient guérir ou non. La notion d’une aide divine qui viendrait par les rêves est très ancienne. Comme nous sommes composés d’eau, on peut imaginer à quel point la bonté, la beauté et la douceur peuvent influencer notre équilibre Le corps est composé d’eau et l’eau représente les émotions, c’est intéressant quand on rapproche cela des travaux sur la mémoire de l’eau… Un scientifique japonais, Masaru Emoto, a fait des travaux sur ce sujet. Il a été contesté par certains scientifiques sur des motifs que je ne pourrais pas discuter, mais en mettant des étiquettes avec desmots sur des bassines d’eau, on a vu que les cristaux d’eau se modifiaient. Ils devenaient totalement désordonnés quand les mots étaient négatifs et ils restaient harmonieux quand les mots étaient positifs. Comme nous sommes composés d’eau, on peut imaginer à quel point la bonté, la beauté et la douceur peuvent influencer notre équilibre. Dans la langue française, dans le vocabulaire courant, on dit que l’on rêve d’être acteur de cinéma ou d’être influenceur, ce qui signifie que l’on se projette un film. En réalité, le rêve est une projection que l’on reçoit, c’est l’opposé… Oui, mais les deux peuvent se rejoindre. Si c’est dans notre mission de vie, si c’est véritablement dans notre cœur, je pense que l’on peut rêver de cela. Young avait assez peu de supports visuels, il était dans une recherche très spirituelle, il lisait énormément de textes sur les civilisations anciennes et il relate des rêves qui sont réellement liés à ce qui le passionnait dans la journée. Il faisait des rêves dans des palais d’or avec des rubis, il faisait des cathédrales de marbre, cela correspondait à ce qui l’animait toute la journée. Il y a une correspondance entre ce que l’on vit et ce que l’on veut. Je suis d’accord avec vous, on ne contrôle pas les rêves qui arrivent, mais on peut accueillir davantage certains rêves. Certaines personnes, au début de leur vie d’adulte, viennent me voir avec des tensions très fortes et je remarque qu’elles font très souvent des cauchemars. Au fil du temps, ces cauchemars s’estompent et les rêves s’ouvrent sur des paysages un peu plus avenants. On ne contrôle pas ses rêves, mais on conditionne le type de rêve que l’on fait par son cheminement. Évoquons maintenant les cauchemars, en opposition aux rêves : estce le paradis et l’enfer qui se bousculent dans notre cerveau ? Le cauchemar peut être positif, il exprime une tension. Il y a des cauchemars récurrents, des cauchemars d’agression, c’est assez commun, mais il y a aussi des cauchemars qui peuvent être positifs parce que cela exprime une angoisse, ou une peur : il vaut mieux que cela sorte. Il ne faut pas se résigner à vivre dans une peur, sinon cela nous ronge petit à petit, cela nous réduit, Alors, face à cela, cela vaut le coup de regarder les cauchemars et de les analyser. Dans le livre, j’explique que quelqu’un qui se noie dans son travail fait un cauchemar en rêvant qu’il se noie dans la mer… Au réveil, on peut se dire qu’il y a péril de mort, donc il faut s’interroger et réajuster sa vie. Les rêves ne sont pas des productions démentes sollicitées par notre cerveau et qui ne servent à rien. Cela peut nous aider à résoudre des névroses ou des problématiques. On a l’impression qu’un rêve dure une éternité, or on s’aperçoit qu’il s’est produit en quelques minutes. Comment analyser l’espace-temps du rêve ? Les scientifiques disent que le temps n’existe pas... Je suis incapable de commenter cela, mais effectivement les rêves nous plongent dans cet état de distorsion du temps qui serait, semble-t-il, la réalité du temps. On sort du chrono du temps linéaire pour passer dans un temps magique et c’est fascinant. Le rêve peut-il être une sorte de voie de communication avec une autre dimension ? J’ai expérimenté cela et je peux répondre oui. D’autres personnes ont expérimenté cela. Une Américaine, spécialiste du deuil, a travaillé là-dessus. Michael Newton a beaucoup travaillé sur l’autre monde, mais il y a aussi des médecins et des psychiatres qui se sont intéressés à cela. Justement, comme la mort est dans un autre espace-temps, on a le sentiment qu’une personne disparue vient nous voir, surtout après sa mort, en nous disant qu’elle a laissé telle ou telle chose dans tel endroit, alors que l’on ne connaissait pas l’existence de cet objet ou de ce document. Pour moi, on peut entrer en connexion avec les défunts par le rêve. Le rêve, c’est une connexion avec l’invisible. Pour les bouddhistes, il est important de faire attention à ses rêves, parce que cela permettra de bien mourir et d’avoir une bonne réincarnation. Il y a vraiment une école du rêve. Cela nous permet d’aller dans des espaces beaucoup plus agréables et aussi d’aller voir ceux qui sont encore vivants et qui s’inquiètent de nous. Le rêve est-il aussi une connexion avec ses vies passées ? C’est très étrange. Une cliente m’a dit qu’elle avait l’impression de sortir d’outre-tombe après ses rêves. C’est une très belle expression. Les rêves peuvent nous ramener à des vies antérieures, si l'on y croit, ou en tout cas dans des espaces qui ne sont pas ceux de la réalité que nous connaissons. Il y a aussi de nombreuses découvertes scientifiques qui ont été faites pendant les rêves. Un scientifique russe a fait des découvertes fantastiques à la faveur d’un de ses rêves. Thomas Edison a trouvé beaucoup de ses inventions, notamment l’électricité ou la prise de son, à travers ses rêves. D’ailleurs, il avait l’habitude de faire des petites siestes, car il savait qu’il allait avoir des évidences... Pourquoi le rêve est-il tabou dans nos sociétés occidentales ? Parce que le rêve n’est pas contrôlable et c’est très agaçant pour beaucoup de personnes. Le rêve n’est pas explicable. Le rêve peut aussi vous communiquer des choses très désagréables. Il y a une notion d’intime, c’est quelque chose qui est de l’ordre du secret, il y a une pudeur. Beaucoup de gens ne respectent pas les rêves. Pour eux, ce sont des foutaises, surtout les gens très sérieux. Pour toutes ces raisons, c’est souvent discrédité. Beaucoup de grands hommes qui ont fait de grandes actions confient que cela a été à la faveur d’un rêve Si l'on fait une distinction entre l’âme et le corps, les rêves sont-ils les gardiens de l’âme ? L’âme incarne des désirs et des envies et si le corps ne peut plus vivre ce que l’âme aime, comme marcher ou prendre des gens dans ses bras, à un moment donné, l’âme dit qu’il vaut mieux s’arrêter là. Les rêves sont des messagers de l’âme. Notre âme nous envoie des messages à travers nos rêves, c’est quelque chose qui est parfois plus grand que nous. Beaucoup de grands hommes qui ont fait de grandes actions confient que cela a été à la faveur d’un rêve. Il y a de très belles chansons inspirées par des rêves. Paul McCartney dit qu’il s’est réveillé un matin et qu’il a composé « Let it be », comme s’il téléchargeait les paroles après son rêve. C’est une chanson totalement mystique et magnifique. On peut très bien imaginer qu’un ange ait choisi Paul McCartney pour chanter cette chanson, qui est toujours écoutée cinquante ans plus tard. Il dit clairement que c’est un rêve qui a inspiré cette chanson. Propos recueillis par Yannick Urrien. Florence Lautrédou : « Pour moi, on peut entrer en connexion avec les défunts par le rêve.»

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEyOTQ2