La Baule+

la baule+ 38 // Juillet 2022 Francis Huster : « Il faut imposer son reflet, sinon on rate sa vie. » Culture ► 400e anniversaire de la naissance de Molière Francis Huster, auteur, réalisateur, adaptateur, professeur et metteur en scène, est, comme chacun sait, un acteur phare du théâtre, du cinéma et de la télévision. Il a joué Molière dans le monde entier et, à l’occasion du 400e anniversaire de sa naissance, il se bat pour son entrée au Panthéon. Dans son dernier livre, il rappelle que Molière est le seul auteur (hormis peut-être, à ce niveau, Charlie Chaplin) dont le génie découle entièrement de celui qu’il avait comme acteur. Au demeurant, si l’on veut en révéler toute la profondeur, il faut aborder ses comédies comme des partitions musicales : pour nous faire ressentir les vrais enjeux de la pièce, les acteurs doivent y déchiffrer les émotions, sans cesse changeantes et surprenantes, qu’ils auront à vivre sur la scène. Chez Molière, en effet, ce sont les émotions qui révèlent et jugent ce que les actes, les pensées et les paroles des personnages travestissent. Cependant, Francis Huster ajoute que « les milliers d’ouvrages brillants qui lui ont été consacrés ont eu tendance à estomper les intentions du dramaturge, à force d’interprétations conceptuelles, morales, esthétiques ou historiques. » Francis Huster, 463e Sociétaire de la Comédie française, nous propose un retour amoureux au Molière des origines. « Dictionnaire amoureux de Molière » de Francis Huster est publié chez Plon. La Baule + : Au lycée, on a toujours joué du Molière lors des spectacles de fin d’année. Certes, on le présentait comme un auteur de talent. Mais en analysant son œuvre, on se doutait qu’il avait contribué à faire évoluer notre civilisation, alors que nos professeurs ont toujours été tentés de minimiser son rôle. Votre livre nous permet de replacer Molière dans son époque… Francis Huster : Vous êtes d’une loyauté et d’une sympathie incroyables visà-vis de traîtres, je n’ai pas d’autres mots ! J’ai été professeur pendant plus de quarante ans au cours Florent et on a créé une classe libre et gratuite pour que les jeunes comédiens qui n’avaient pas d’argent, et dont les parents refusaient qu’ils fassent ce métier, puissent venir. À l’époque, il y avait les stars de cinéma comme Jean Gabin, Bourvil ou Fernandel, les grands acteurs de la Comédie-Française. Mais l’Éducation nationale est comme un triangle et, si la base est totalement innocente - c’està-dire qu’elle ne porte aucune responsabilité, puisque ce sont les professeurs qui enseignent avec des ordres à suivre - le haut du triangle est une honte, un scandale, une collaboration depuis des siècles avec ceux qui considèrent que la culture est un danger pour eux. Je m’explique : Molière est dans la lignée de Victor Hugo, Zola ou Camus. Un révolutionnaire, un rebelle. Sans Molière, il n’y a pas la Révolution française et je pèse mes mots. Voltaire et Rousseau sont l’équivalent de ces philosophes que l’on voit aujourd’hui à la télévision. Leur vie privée est un scandale et leur œuvre littéraire est très importante, puisque c’est une œuvre où ils se sont eux-mêmes culpabilisés de ce qu’ils ont commencé à écrire et ils ont découvert après la réalité de la vie et le combat du peuple. Cela veut dire que Molière, au XVIIe siècle, a entrepris deux révolutions qu’il a parfaitement menées à bout avant d’être assassiné, à 51 ans. Je pèse mes mots : il a été assassiné ! Jean-Baptiste Poquelin, l’écrivain, et Molière, le comédien, sont les deux faces de ce génie Alors, comme l’empereur Bonaparte Napoléon, puisqu’il y a Docteur Bonaparte et Mister Napoléon, exactement de la même façon, Jean-Baptiste Poquelin, l’écrivain, et Molière, le comédien, sont les deux faces de ce génie qui a osé traverser le miroir. L’œuvre de Molière s’appelle l’œuvre de Molière, pas l’œuvre de Jean-Baptiste Poquelin. Donc, c’est l’œuvre d’un comédien. Racine, Corneille, Beaumarchais ou Claudel ne sont pas des comédiens! Il s’agit de l’œuvre d’un comédien. Sur scène, il a interprété et il a créé le rôle de comédien comme personne ne l’avait jamais fait avant. Si l’on retourne 50 ans en arrière avant Molière, en Angleterre, il n’y a aucune censure. Quand Shakespeare a écrit ses pièces, en 1570, dans son Théâtre du Globe, où il n’y avait pas d’électricité, il a appelé son théâtre ainsi parce que la Terre tourne dans un seul sens : c’est-à-dire que la Terre se fout royalement de ce qui s’est passé avant. La différence entre l’homme et les animaux, c’est que l’être humain a le génie de revenir en arrière pour savoir ce qui s’est passé avant, en se disant qu’il faut partir exactement de là où ceux qui nous ont précédé étaient… C’est ce qui explique les progrès de civilisation en civilisation. Dans ce Théâtre du Globe, comme il n’y a pas de censure, dans le fond et dans la forme, cela veut dire que l’on peut traiter de tout, cela veut dire que sur scène on peut interpréter un meurtre… En France, jusqu’au XIXe siècle, il est interdit de s’embrasser sur scène Alors que c’était interdit en France… C’était totalement interdit en France, cinquante ans plus tard, jusqu’au milieu du XIXe siècle, la censure politique et religieuse a été

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEyOTQ2