La Baule+

la baule+ 40 // Juillet 2022 Cela veut dire que Molière, au XVIIe siècle, réussit en une poignée d’années à créer ces œuvres de Jean-Baptiste Poquelin et à les interpréter de façon populaire. Il invente le métier de comédien. Ce que fait Molière, personne n’aurait imaginé avant lui un tel génie, c’est traverser le miroir pour montrer ce que nous ne voyons pas: c’est-à-dire qu’au lieu de prendre des rois ou des empereurs, il prend les gens du peuple en les mettant sur scène. Au lieu de leur faire déclamer des alexandrins sublimes, comme certains acteurs épouvantables continuent à le faire, il va sur scène faire parler le peuple. Les servantes, les valets, les enfants, tout le monde peut se permettre de parler avec la langue de la rue, et c’est pour cette raison que l’on dit que le français est la langue de Molière. Depuis quatre siècles, l’Éducation nationale, complice du pouvoir politique et religieux continue cette censure, même si ce n’est pas apparent. Elle fait de Molière un auteur de divertissement, plutôt que de l’apprendre aux jeunes pour qu’ils s’en nourrissent et bâtissent leur propre personnalité. Pendant 300 ans, la Comédie Française a trahi Molière. Dans les lycées, dès que l’on parle des pièces de Molière, on parle des pièces de divertissement: les jeunes de huit ou neuf ans sont-ils trop imbéciles au regard de l’Éducation nationale pour s’emparer de Tartuffe ou du Misanthrope ? Depuis 400 ans, cette honte persiste et c’est pour cela que je ne céderai pas sur l’entrée de Molière au Panthéon. Il entrera au Panthéon et, le jour où Molière entrera au Panthéon, ce sera enfin la reconnaissance de ce qu’est Molière. Il y aura des Molière dans tous les pays du monde La France de cette époque était une dictature religieuse, un peu comme l’Arabie saoudite maintenant. Mais je n’imagine pas le roi d’Arabie saoudite financer et protéger un écrivain et acteur subversif comme l’a été Molière... Je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Je fais tout à fait confiance au roi pour, au contraire, trouver son Molière et faire avancer dans l’humanité et la tendresse son pays. C’est ce qu’a fait Louis XIV. J’espère que le roi lui-même le fera là-bas. Molière a réussi, à l’intérieur d’une royauté blanche, à faire entrer le rouge et le bleu, c’est-à-dire les valeurs républicaines de partage et les valeurs populaires de révolte. Il y aura des Molière dans tous les pays du monde et ce seront peut-être des femmes. Dans 20 ans, les pays qui seront en avance seront les pays qui seront dirigés par un duo Louis XIV est aussi un personnage central de votre livre sur Molière… On voudrait tous être une petite souris pour assister à ce moment où Louis XIV se dresse et hurle : « L’État c’est moi ». Il prend la décision de mettre en prison quelques ministres qui sont contre lui. Ce petit garçon a son frère qui est homosexuel, il est passionné par la culture et c’est lui qui amène la troupe de Jean-Baptiste Poquelin à Louis XIV. Il ne faut pas oublier que Louis XIV s’est retrouvé orphelin très jeune et qu’il doit gérer le plus grand pays du monde à cette époque. Que s’est-il passé dans sa tête ? Probablement, c’est son regard sur les femmes. C’est ce qui l’a uni à Molière. On dit la religion, on ne dit pas le religion et on dit la Terre, on ne dit pas le Terre. Tout est féminin. On sort du ventre d’une femme. Cela veut dire que les hommes qui sont là pendant des siècles pour bâtir leur monde sortent tous du ventre d’une femme qui leur donne la vie. Nous, les hommes, nous avons fissuré ce monde parce que nous n’avons pas su le partager avec les femmes. Prenons les émissions de télévision : onamis enplacedes duos sur toutes les chaînes, ce n’est pas une égalité, c’est une supériorité de la femme qui se mêle de tout, comme Marie Curie. Elle se bat, elle combat, elle rectifie, elle défie, elle ose dire la vérité. Les hommes avec les hommes n’ont jamais su partager et se faire confiance, alors qu’un duo homme femme, c’est l’avenir. Quand les femmes mettront en scène Molière, il y aura une révolution sur cet auteur, parce qu’elles le montreront comme un auteur de combat et de révolte. L’avenir politique est aussi là. Je suis persuadé que dans 20 ans, les pays qui seront en avance seront les pays qui seront dirigés par un duo. Molière a d’ailleurs laissé une grande place aux femmes dans ses pièces : est-ce lié à son enfance ? On nous a caché que Molière est le premier enfant à vivre d’un couple qui habite dans le Marais dans un quartier populaire, la rue de la Juiverie. Ils connaissent les règles chrétiennes et les règles juives, et il se trouve que ce petit garçon devait assumer la charge de tapissier du roi, une charge qui s’achète. C’est très noble, il y a seulement une trentaine de tapissiers du roi en France. Dans toute l’œuvre de Molière, à aucun moment, la femme ne peut arriver à convaincre l’homme Précisons que ce n’est pas le gars qui répare les fauteuils… C’est celui qui va précéder la venue du roi dans certains endroits du Royaume de France, ou ailleurs, et qui doit bâtir la pseudo-chambre du roi à l’aide de murs de tapisseries. Cela peut être dans une ferme, une grande maison ou même une forêt… Comme on a peur que le roi se fasse assassiner, on ne dit jamais où il va dormir. Il ne faut pas oublier qu’Henri IV s’est fait assassiner et que Louis XIII a échappé à deux tentatives d’assassinat. Cela a d’ailleurs continué ensuite. Ce jeune enfant est destiné à aller au collège de Clermont pour apprendre le latin et apprendre à pouvoir s’entretenir avec Sa Majesté d’ici à quelques années. Or, tout d’un coup, il tombe amoureux d’une jeune comédienne, Madeleine Béjart, et sa vie va être complètement basculée. Mais à neuf ans, ce jeune enfant perd sa mère, qui meurt en accouchant de son frère cadet, qui va vivre. Pour Jean-Baptiste Poquelin, son frère vient d’assassiner sa maman. Le père est donc obligé d’avoir une seconde épouse qui va s’occuper de son bébé et Jean-Baptiste Poquelin tourne le dos à tout ce monde. Plus tard, après avoir brillamment fait ses études, il a son diplôme d’avocat et il assume cette charge de tapissier. Mais il décide de fonder une troupe de théâtre et de tout abandonner. C’est terrible pour son père. Quand il fait cela, il s’aperçoit qu’il va devoir assumer et faire ce qu’il veut, c’est-à-dire un jeu naturel qui correspond à la vie, parce que les comédiens défendaient toujours ce style déclamatoire. Quand il commence son œuvre, la mère est absente. Il remplace cette mère par la femme qu’il a dans ses bras, amoureusement et sexuellement. Mais cette femme ne lui servira jamais de mère. Il n’aura aucun ordre à recevoir d’une femme. Dans toute l’œuvre de Molière, à aucun moment, la femme ne peut arriver à convaincre l’homme. Ce ne sont que des conflits permanents avec des losers, parce que tous les héros de Molière vont perdre, mais vraiment, parce que ce sont des salauds ou parce qu’ils n’ont pas été capables d’écouter ce que la femme leur confiait. Il y a une exception, Les Femmes Savantes, avec cette jeune fille aînée qui est trahie par sa sœur cadette qui lui pique son mec. C’est un chef-d’œuvre absolu, parce qu’elle se situe entre ce que veut une femme, c’est-à-dire apprendre et ne pas se soumettre à la volonté masculine. Armande, dans Les Femmes Savantes, ne veut pas se soumettre à la volonté masculine. Personne n’écrira quelque chose d’aussi fort sur la femme pendant 300 ans. C’est le coup de génie de Molière. Elle est très forte pour s’opposer à l’homme, mais elle est amoureuse de Clitandre. La femme amoureuse trahit la femme intellectuelle qui veut progresser. C’est absolument du pré-Zola car, quand on lit Gervaise, qui meurt sous l’escalier comme une pauvre malheureuse, on s’aperçoit que c’est une Armande qui n’a pas réussi à dépasser son côté sentimental. Pour comprendre à quel point c’était révolutionnaire, il faut savoir que c’est comme si un metteur en scène iranien filmait une femme en minijupe giflant son mari dans les rues de Téhéran. C’est ce niveau de coup de poing dans la société… Et il l’a payé cher, comme le paierait aujourd’hui ce metEntretien exclusif avec Francis Huster en hommage à Molière : « Il va sur scène faire parler le peuple et c’est pour cette raison que l’on dit que le français est la langue de Molière. »

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEyOTQ2