La Baule+

la baule+ 46 // Juillet 2022 Ma r i e - C a t h e r i n e Lehuédé, maire de Batz-sur-Mer, propose une exposition de Street-Art contemporain : «Après le succès en 2021 des collages géants de costumes paludiers sur les façades batziennes, la municipalité continue dans la voie de l’Art contemporain installé directement dans l’espace public, en proposant cette année quelque chose de très différent. La commune a fait appel à deux artistes Aurélien Nadaud et Manon Mestrot ». Des rubans blancs tendus le long de la rue de la Plage et des collages de papier ou de scotch colorés habillent des façades du centrebourg. Il s’agit d’un parcours d’œuvres éphémères qui resteront visibles cet été, au gré de leur résistance aux éléments (vent et pluie), dans l’esprit originel du streetart. Ces œuvres amènent à circuler au gré des venelles jusqu’au boulevard de mer pour une vue imprenable sur l’océan. Aurélien Nadaud et Manon Mestrot Plasticien et performer, Aurélien Nadaud est un artiste français autodidacte. Son Batz-sur-Mer : une exposition de Street-Art Contemporain parcours artistique commence sur le chemin de l’art urbain « street-art », puis s’est dirigé, au gré des rencontres et des trouvailles, vers l’art contemporain. Véritable touche-à-tout (dessin, peinture, sculpture, collages…), Aurélien découvre sans cesse de nouveaux médiums, de nouvelles techniques, de nouveaux possibles humains et artistiques. Il creuse son sillon en observant et picorant ici et là ce qui l’attire, ce qui lui parle intuitivement, au gré de ses installations et de ses performances, avec toujours comme recherche de poétiser l’espace public. Pour la commune il a spécialement créé 8 œuvres, à base de petits morceaux de scotch coloré, de papiers collants, de grands rubans… L’éphémère et le léger sont ses credo ! En collaboration avec Manon Mestrot, ils ont réalisé conjointement une œuvre de collages, créée à partir de photos envoyées par des Batziens, de cœur ou d’adoption. À partir de ces témoignages photographiques, Manon, artiste scénographe et plasticienne, a retouché, découpé, modifié des éléments sur les photos pour en faire des œuvres aux motifs 70’s. Ces photos sont scotchées dans la venelle de la Grande Rue. Mots fléchés (Solutions page 54) Les problèmes de sécurité sont de plus en plus fréquents à La Baule en saison estivale, avec notamment le fait que la population puisse être multipliée par dix. Franck Louvrier, maire de La Baule, rappelle que la sécurité est la priorité de ce municipe : « Nous avons depuis deux ans pris un certain nombre de mesures dans ce sens, avec déjà des résultats positifs qui se font ressentir selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Ainsi, cet été encore, nous bénéficierons du renfort indispensable d’une compagnie de CRS de Dijon du 8 juillet au 21 août, ainsi que de maîtres-nageurs sauveteurs sur la plage ». Le maire annonce la reconduction du plan Vigiplage en regrettant l’absence de participation de Véolia, délégataire de la plage, « qui semble toujours autant se désintéresser de la sécurité des établissements, dont il a pourtant la charge. Cela va ainsi coûter plus de 100 000 € à la collectivité. Nous assumons nos responsabilités et c’est le prix à payer pour que les vacanciers puissent profiter de la plage et de ses services en toute quiétude. L’explosion de la délinquance en région nantaise nous pousse aussi à être fortement mobilisés ». Le plan estival Vigiplage consiste à augmenter les amplitudes horaires de la police municipale et à financer la présence d’agents de sécurité et de maîtres-chiens le soir sur la promenade de mer : « Vigiplage s’assortit d’arrêtés municipaux portant sur la tenue des gens en dehors de la plage, la non-consommation d’alcool et l’interdiction de la chicha sur la voie publique, et il permet également aux commerçants qui le souhaitent de disposer du système « H-Call », ou bouton d’alerte. La commune assume l’abonnement, l’installation et la maintenance, les commerçants s’acquittant seulement d’un modique abonnement mensuel. À ce jour, la plupart des établissements de plage qui avaient opté pour ce système l’été dernier l’ont renouvelé, et quelques nouveaux commerces situés hors plage, y ont souscrit ». La ville de La Baule entend également continuer d’investir dans la vidéo protection en annonçant l’extension du dispositif sur une période de quatre ans, jusqu’en 2026, afin d’accélérer la couverture vidéo de l’ensemble des quartiers et des écoles. Au total, 215 caméras seront ainsi opérationnelles à la mi-juillet. Vigiplage et vidéoprotection : La Baule mise sur la sécurité

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEyOTQ2