La Baule+

la baule+ Juillet 2022 // 51 L’art et la manière d’essayer de noyer le poisson ! Il y a bien des années déjà, lorsque ce projet a vu le jour, on nous a expliqué que ces horreurs (indispensables pour la sauvegarde de notre planète) seraient implantées « sur le banc de Guérande ». Et puis, au fil du temps, Guérande ayant une connotation sans doute trop touristique, on nous parla dans les médias d’une implantation « au large de Saint-Nazaire », ce qui faisait plus « industriel » ! J’eus la naïveté de penser pendant un quart de seconde qu’on avait changé de site… Bien entendu, il s’agit du même. Mais on n’en voit aucune depuis Saint-Nazaire ! Depuis l’an dernier, en se promenant sur la Grande Côte, on a vu sortir de mer ces immenses mâts qui, à l’origine, devaient être quasi invisibles. Et la semaine dernière, en empruntant le remblai depuis Pornichet, en direction du Pouliguen, quelle ne fut pas ma stupeur de constater qu’on voyait plein d’éoliennes et ce, jusqu’au rond-point de l’avenue de la Concorde à La Baule, c’est-à-dire sur les trois quarts de la baie. Avec cette pollution visuelle, notre magnifique baie du Pouliguen-La Baule-Pornichet aura du mal à garder son classement parmi les plus belles baies du monde. Ce n’est peut-être pas très important, mais pourquoi ne pas avoir dit la vérité dès le départ ? Monique P. - La Baule Souvenirs d’un anonyme. Que d’émotions à la lecture du courrier du numéro de juin 2022 ! Je vous écris depuis mon lit d’hôpital… Figurez-vous, en effet, que les mots d’un certain quadra ont provoqué chez moi une crise d’éternuements incoercibles. Sans doute la réminiscence des grenades lacrymogènes sur les barricades de mai 68 ? C’est ce que pense mon médecin ! En tout cas ces éternuements violents ont fait se décrocher le cadre avec la photo du Général, lequel dans sa chute sur l’étagère en dessous, a fait tomber le buste en plâtre du Maréchal, lequel m’est tombé sur le pied (gauche évidemment). Du coup, j’ai décroché les drapeaux (le noir et le rouge) par superstition. Salutations distinguées d’un quasi-septua, Baulois depuis 12 ans. Réponse à un quadra baulois… Outrée par le courrier signé : un nouveau quadra baulois. Il aurait dû se nommer, mais courage fuyons. Honteux de lire ces quelques lignes. Les seniors ne vous ont pas mis sur la paille. Je suis depuis 15 ans à La Baule-Escoublac dans une petite résidence que j’ai acquise grâce à mon travail. J’ai 72 ans, d’origine modeste (orpheline à 4 ans, mère ouvrière d’usine, nous habitions la ceinture rouge de Paris). Donc, tirer le diable par la queue, on a bien connu et il n’y avait pas à l’époque les aides et les associations actuelles. Quand ce quadra baulois nous insulte, je sursaute, car il nous accuse d’être une génération qui s’en est mis plein les poches et que c’est à cause des seniors que tout va mal. Ma sœur de 75 ans a été manutentionnaire à l’âge de 14 ans, à 58 ans elle a pris sa retraite de carrière longue votée par le gouvernement de M. Fillon. Elle travaillait en 1963 à l’usine, debout, avec une paye minimum pour 58 heures par semaine, puis 55 heures et 52 heures. Alors que ce monsieur soit correct avec les seniors ouvriers qui ne se sont pas forcément enrichis. La plupart ont « survécu ». J’écris aussi à M. François de Closets qui tape aussi sur les seniors retraités. Quelle honte. Merci de faire parvenir ce message à votre lecteur quadra. Cordialement. Nicole Roux (courriel) Merci Nicole, pour votre message. Il reflète bien la réalité de la majorité des seniors qui ne vivent pas avec des retraites généreuses, comme c’est parfois caricaturé dans les médias. Pavillon Bleu. J’ai parcouru votre article sur « La Baule obtient une nouvelle fois le Pavillon Bleu ». Il y a un critère non négligeable qui pourrait être pris en compte : les toilettes. On ne peut pas dire qu’elles représentent bien la plus belle plage d’Europe. À ce titre, la Municipalité a de très gros efforts à accomplir, la marge est haute. Cordialement. Fabienne Briand (courriel) Burkini sur la plage. Ce courriel, pour apporter mon soutien à ce texte que je Courrier des lecteurs Yann Gontier, directeur de la communication des Chantiers de l’Atlantique, réagit au courrier d’un lecteur publié dans notre précédent numéro : « Nous avons été étonnés de lire dans l’édition de Juin 2022 de La Baule + dans la rubrique « Courrier des lecteurs » que Chantiers de l’Atlantique était en charge du projet du parc éolien en mer du banc de Guérande. Il est ainsi mentionné par Monsieur Patrick Pénuisic : « Monsieur Philippe Kasse, des Chantiers de l’Atlantique, en charge du projet, disait en juin 2020 à propos de ce parc « On pourra l’apercevoir, uniquement les jours de très beau temps, depuis la plage de La Baule. Mais ces éoliennes auront la taille d’une tête d’épingle pour les riverains. » Ces dires sont faux, car d’une part, Monsieur Philippe Kasse n’a pas tenu ces propos et, d’autre part, il n’était pas en charge à l’époque de ce projet parce que Chantiers de l’Atlantique n’est pas à l’origine de ce projet de parc éolien en mer du banc de Guérande ». Merci pour votre mise au point. Nous avons effectivement eu un doute en reproduisant le courriel de ce lecteur. Mais nous ne censurons jamais les publications, à l’exception des propos insultants ou hors-la-loi. C’est bien le dirigeant de General Electric qui a utilisé cette image de tête d’épingle. Rectificatif des Chantiers de l’Atlantique viens de lire dans le journal La Baule en incitant le maire à agir ! Marie-Ange Lebec (courriel) Burkini. Je souhaite rebondir sur le courrier d’un de vos lecteurs au sujet des femmes se baignant en burkini. Aujourd’hui encore, j’ai croisé deux de ces femmes sur la plage. Je suis tout à fait d’accord avec ce lecteur et espère que M. Louvrier réagira rapidement sur ce problème. Sophie (courriel envoyé le 12 juin 2022) Burkini (suite) Je rejoins ce lecteur qui s’insurge contre le Burkini et sa présence sur la plage, je l’ai constaté à 3 reprises. Nous ne sommes qu’en juin et ils sont déjà présents dans l’indifférence générale. Que dire de ce qui nous attend en pleine période estivale. Je suis atterré par l’indifférence ou plutôt l’inconscience des Français, surtout des autorités, face à ce danger. Je suis né et ai vécu 22 ans au milieu de ces types de populations et j’ai la prétention de pouvoir en parler objectivement, contrairement à certains idéalistes ou autres angéliques qui croient que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». Cordialement. J-F. Bonnin (La Baule) Merci Monsieur pour votre courriel. La liberté d’expression étant limitée sur ce sujet sensible, nous avons dû occulter un paragraphe, que nous pouvons reformuler de la manière suivante : l’islam radical est une idéologie dangereuse qui met en péril l’avenir des nouvelles générations. Autosatisfaction. Non, il ne s’agit pas de l’affichage Baulois des belles voitures décapotables qui nous rappellent nos jeunes années. Ni de l’amélioration de la circulation automobile sur la Presqu’île, mission impossible quand s’accentue le nombre de chaussetrappes et labyrinthes que n’auraient pas reniés Dédale. Mais il s’agit de l’application du principe élaboré par Monsieur Coué et depuis transposé en méthode. Pour s’en persuader, il suffit de prendre chaque matin avec son petit déjeuner une dose de protrombine en ouvrant son quotidien. Certes il convient bien sûr, en cette période tristounette, de positiver mais avec un peu de modération, tout n’est pas XXL. Chacun sait que toute bonne action perd de son caractère initial par manque d’humilité. Les volutes envoûtantes et ensorceleuses de la Com se dissipent souvent à la moindre risée, Narcisse en fit l’expérience. J. Delaunay (La Baule) Merci à Pascaline et Dominique Girault, deux fidèles lecteurs qui habitent à La Baule, pour cette photo de vacances prise devant le volcan Teide à Tenerife. Pascaline et Dominique Girault devant le volcan Teide Ecrivez-nous : La Baule+, 1 Parc de Mesemena, 44500 La Baule Courriel: redaction@labauleplus.com Sudoku (Solutions page 54)

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEyOTQ2