La Baule+

la baule+ 12 // Juin 2022 Christian Gérondeau: « L’évolution de la température que l’on connaît actuellement n’est pas différente de celle que l’on a connue dans le passé. » Écologie ► Le polytechnicien brise le politiquement correct sur l’écologie… Cela fait plusieurs années que Christian Gérondeau, ingénieur polytechnicien, spécialiste de l’environnement et des transports, dénonce ce qu’il appelle « le mensonge écologiste ». Dans son dernier livre, il accuse le GIEC de mentir effrontément. Les livres de Christian Gérondeau figurent toujours en tête des ventes, y compris dans les pays anglo-saxons, et ses interventions médiatiques enregistrent d’excellentes audiences. Il rappelle que la température moyenne de la planète a augmenté d’environ un degré depuis un siècle et demi. Selon le GIEC, la cause principale de cette hausse serait le CO2 d’origine humaine et, pour sauver la Terre d’une catastrophe imminente, il faudrait donc baisser nos émissions de CO2. C’est avec cette conviction que la Convention Citoyenne sur le Climat s’est fixé l’objectif de réduire de 40 % nos émissions nationales. Un effort énorme pour la France (et un coût faramineux), mais qui ne correspond pourtant qu’à 0,25 % des émissions mondiales. Dans son dernier ouvrage, Christian Gérondeau s’insurge contre les mensonges du GIEC: « Il l’a fait lorsqu’il a déclaré en 2011, dans un rapport fondateur, que l’humanité pourrait se passer des énergies fossiles en 2050, alors que toutes les projections officielles montrent que les éoliennes et les panneaux photovoltaïques ne pourront répondre au mieux à cette date qu’à 10 % des besoins mondiaux et que les énergies fossiles en représenteront toujours près de 80 %. Il faut dire que l’auteur de ce rapport était un écologiste allemand, « Coordinateur international de Greenpeace pour les questions climatiques» et rémunéré par l’industrie photovoltaïque. Pourtant, ce rapport a bouleversé l’économie mondiale en faisant croire qu’il serait possible de se passer à court terme du pétrole, du gaz naturel et du charbon, alors que les pays pauvres ne cessent de proclamer qu’ils en ont un besoin impératif pour sortir leurs populations de la misère ». Christian Gérondeau souligne que « les Nations Unies ont été prises en main depuis trente ans par les grandes ONG écologistes, tout particulièrement par les Verts allemands et, malheureusement, les dirigeants français ont cédé devant les absurdités venues d’outre-Rhin. » « Les douze mensonges du GIEC : la religion écologiste 2» de Christian Gérondeau est publié aux Éditions L’Artilleur. La Baule + : Qu’entendez-vous par cette dénonciation d’une fausse écologie politique qui sert des organisations qui sont vertes à l’extérieur et rouges à l’intérieur ? Christian Gérondeau : L’alliance entre la France Insoumise et Europe Écologie les Verts relie deux manières de voir le monde, qui sont aussi négatives l’une que l’autre, et je ne suis pas du tout étonné que cette alliance se produise. J’estime que l’écologie est une religion chez certains, parce que c’est une manière de voir le monde et surtout une manière de voir l’homme qui est éminemment négative, puisque l’homme est un prédateur, il détruit la nature et il doit donc se repentir de ses péchés... C’est quelque chose qui a traversé les temps. Cela a toujours existé. C’est la manière de voir l’humanité sous un angle lugubre et destructeur. Cette religion est en train de conquérir la jeunesse du monde, puisque les jeunes vous présentent l’avenir sous un angle désespéré, en vous expliquant que l’on est en train de détruire la planète, que les ressources vont s’épuiser, et qu’il y aura de plus en plus de gens qui ne mangeront pas à leur faim. Cette vision très négative a pris le prétexte de l’écologie. Les écologistes ont réussi à nous persuader d’adopter une vision triste, lugubre et pessimiste de l’humanité Il y a toujours eu ce sentiment de peur, or on constate que rien n’a changé… Dans le passé, on faisait peur à juste titre, c’est tout le paradoxe de la situation actuelle. Autrefois, il y avait des famines et, quand on se levait le matin, on ne savait pas si l’on serait vivant le soir. Il suffisait d’une blessure pour que la gangrène s’installe et l’on avait beau être le Roi de France, on mourait… Louis XIV était le personnage le plus puissant du monde et il a perdu son fils et son petit-fils. La peur avait une raison d’être. Le paradoxe, c’est que nous vivons dans une époque qui n’a jamais existé : la moyenne d’âge sur la planète était d’une vingtaine d’années et, aujourd’hui, selon les derniers chiffres de la Banque mondiale, l’espérance de vie est de 73 ans. Nous vivons une époque où la peur devrait reculer : or, c’est exactement l’inverse que les écologistes ont réussi à faire. Il faut savoir que la production de céréales sur la planète est quatre fois supérieure à ce qu’elle était il y a soixante ans. La famine a disparu de la planète, l’espérance de vie n’a jamais été aussi élevée et la pauvreté recule. Objectivement, tout le monde devrait être optimiste. Mais les écologistes ont réussi à nous persuader d’adopter une vision triste, lugubre et pessimiste de l’humanité et de la planète. Le GIEC est un clone des Nations Unies, dont les rapports sont truffés d’invraisemblances On a vu les travaux du Forum de Davos visant à nous faire sortir du statut de propriétaire pour nous faire passer dans une société où l’on ne posséderait plus rien. Une ministre a même récemment expliqué que vivre dans une maison individuelle était un non-sens sur le plan écologique et qu’il fallait habiter dans des appartements. Qu’en pensez-vous ? Au départ, il y a les prophètes, il y a un noyau de gens qui, pour des raisons personnelles, en raison de leur enfance ou de leur histoire familiale, ont une vision plus que négative du monde dans lequel nous vivons. Ce sont des gens qui ont des problèmes personnels. Il faut bien reconnaître qu’ils ont réussi à prendre le pouvoir des idées et à répondre progressivement, notamment chez les jeunes qui sont malléables : il n’y a qu’à voir cette Suédoise, Greta Thunberg, qui a une vision cauchemardesque de la planète. Si l’on va plus loin, on s’aperçoit qu’ils ont agi de manière parfaitement professionnelle. AuxNations Unies, les deux programmes en charge du développement et de l’environnement sont représentés par des représentants de grandes O.N.G. écologistes. Autrement dit, ils ont pris le pouvoir au sommet il y a une trentaine d’années aux Nations Unies et dans la plupart des institutions internationales. Tous ces gens partagent la même vision négative du monde dans lequel nous vivons. Ce sont des prophètes intelligents qui ont su prendre le pouvoir. Mais qui va les contrer ? Il ne faut pas oublier que le GIEC est un clone des Nations Unies, dont les rapports sont truffés d’invraisemblances et de

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEyOTQ2