La Baule+

la baule+ Mars 2022 // 5 évite l’accélération de ce modèle. Or, ce sera le cas si les conservateurs sont discrédités s’ils ont choisi le mauvais camp dans la confrontation qui s’annonce. Poutine : il va devenir de plus en plus le mauvais camp Et Poutine est dans le mauvais camp… Oui, il va devenir de plus en plus le mauvais camp. En politique, c’est comme en bourse : c’est avant qu’il faut savoir placer. Si l’on perd beaucoup en crédibilité, après, c’est difficilement rattrapable. Si l’on décide d’associer à la poutinophilie un certain nombre d’idées extrêmement légitimes, elles risquent d’être discréditées par ricochet et le déclin sera encore plus rapide. Certes, mais cette poutinophilie est souvent liée au caractère de l’homme, car les gens n’ont pas une analyse politique en profondeur sur sa volonté d’être un nouveau tsar… Tout à fait. Ceux qui ont une position plus intellectuelle sont plus accessibles à la critique. Il y a beaucoup de gens qui aiment Poutine, tout simplement parce qu’il emmerde les puissants en Occident et, comme les gens ont une dent contre les puissants - ce qui se comprend parfaitement - forcément, ils se disent que l’ennemi de mon ennemi est mon ami. Je pense que ce n’est pas la bonne solution. J’avais vu avec beaucoup d’enthousiasme l’arrivée au pouvoir de Donald Trump parce que, justement, il avait permis de faire émerger une figure de ce type à l’intérieur de l’Occident et cela avait beaucoup abaissé la poutinophilie. Les gens s’étaient retournés vers leur nouveau champion, Donald Trump, et cela avait permis de remettre l’Amérique dans le cœur d’une partie du peuple européen qui voyait l’Amérique d’Obama d’un mauvais œil. Avec le départ de Trump, on est revenu à la situation de 2015. Cela fait longtemps que je suis persuadé que le physique joue un rôle Votre analyse est à retenir, car vous abordez indirectement l’influence du physique sur la population. Si je prends l’exemple d’Emmanuel Macron ou d’Édouard Philippe, ils apparaissent comme le gendre idéal pour beaucoup de retraités, donc ils peuvent mener une politique qui ne serait pasacceptée si lesmêmes décisions étaient prises par quelqu’un qui aurait une apparence ne correspondant pas à leurs codes sociaux. À l’inverse, si à la place de Vladimir Poutine, il y avait eu un dirigeant russe avec un physique caricatural de bolchevique, ces mêmes poutinophiles ne le seraient plus… Cela fait longtemps que je suis persuadé que le physique joue un rôle. J’ai remarqué que les milieux populaires étaient très sensibles aux gueules. Si l’on regarde les gens qui plaisent au peuple, ce sont souvent des gens qui ont un grand nez et de grandes oreilles. Le personnage de Didier Raoult a un physique tout à fait gaullien qui s’oppose au physique d’Emmanuel Macron, qui s’apparente plus au gendre idéal parisien, mais dont le physique inspire difficilement confiance au peuple. Le peuple n’a pas l’impression que c’est quelqu’un avec qui il pourrait prendre une bière. Chirac, c’était la même chose... Revenons à l’actualité. Vous avez été le seul à écrire exactement ce qui se passe maintenant, simplement avec un écart de trois ans. Vous venez de travailler sur vos prévisions pour les prochaines années et c’est effarant. En résumé, Vladimir Poutine va aller en Ukraine, il va prendre Kiev, il va laisser un petit bout de l’Ukraine pour que les opposants puissent s’y réfugier et cela va amener des millions de réfugiés que l’Europe va devoir gérer. Comme l’OTAN va se renforcer dans les pays baltes, il fera le même coup avec les Pays baltes… C’est exactement ce que j’écris. C’est une nouvelle guerre mondiale qui commence en 2022. Donc, il n’est pas exclu que les chars russes soient à 60 kilomètres de Berlin dans les années qui viennent… Non, dans l’année, ou dans les deux ans ! C’est ce que je crois. C’est le schéma que j’ai dégagé et, jusqu’ici, mes prévisions étaient justes. Je ne vois pas pourquoi cela s’arrêterait du jour au lendemain. L’Allemagne sera toujours indépendante, mais vous faites cette comparaison avec Vichy : au lieu que ce soit Berlin qui donne les ordres à Vichy, ce sera Moscou qui donnera les ordres à Berlin… C’est tout à fait ça. Je suis convaincu que c’est ce qui va se passer et c’est à cause de cela que la situation perdurera pendant plusieurs années avant que les Américains n’arrivent à reprendre l’Europe en main. Il y aura d’abord une série de guerres en périphérie, parce qu’il y aura une sorte de blocage en Europe. Vladimir Poutine n’ira pas plus loin, parce que cela serait trop dangereux en raison du nucléaire. Je pense qu’il n’y aura pas de guerre nucléaire, en tout cas pas en Europe. Il y aura vraisemblablement des combats sur des théâtres secondaires, en Afrique du Nord notamment, avec des conflits qui vont éclater, notamment entre l’Algérie et le Maroc. Il y aura vraisemblablement un conflit entre l’Iran et l’Arabie saoudite. Dans chacun de ces conflits, les Occidentaux et la Russie prendront parti pour l’un ou pour l’autre et il y aura des combats de périphérie pendant un moment, avant que la guerre revienne en Europe sous diverses formes. (Suite page 6) Philippe Fabry : « Il y aura des combats de périphérie pendant un moment, avant que la guerre revienne en Europe sous diverses formes. »

RkJQdWJsaXNoZXIy MTEyOTQ2