dans

L’Océarium du Croisic fête ses 50 ans

L’Océarium du Croisic est le site le plus connu et le plus visité de la Presqu’île. Cette année, Nadine et Stéphane Auffret fêtent les 50 ans de ce lieu unique dédié à l’univers marin. En effet, tout a commencé en 1972 lorsque les parents de Stéphane, qui tenaient un commerce de marée au Croisic, ont décidé de créer un espace spécifique pour présenter les espèces locales. Cet aquarium a été aménagé dans un ancien garage automobile sur le port du Croisic et les Auffret ne se doutaient pas à quel point le succès serait au rendez-vous… Ils étaient aussi précurseurs car, à l’époque, les aquariums étaient rares en France. En 1992, une nouvelle étape a été franchie et l’Aquarium de la Côte d’Amour a déménagé sur son site actuel, dans un bâtiment en forme d’étoile de mer, pour devenir l’Océarium du Croisic. Nadine Auffret souligne que le développement s’est fait progressivement : « Au départ, on se positionnait comme un observatoire de l’Atlantique, puisque nous présentions uniquement des animaux de nos côtes. Les gens ont voulu une offre plus diversifiée et nous avons évolué. Petit à petit, on s’est agrandi, avec les manchots, le lagon, le bassin des requins, Vancouver… Toutes ces nouveautés ont permis de faire parler de nous et de faire venir le public. »

L’idée est aussi de transmettre aux visiteurs qu’il s’agit d’un univers fragile et qu’il incombe à chacun de protéger notre littoral

Nadine et Stéphane sont des passionnés. Ils sont en contact quotidiennement avec les pêcheurs et ils ont toujours défendu une vision écologique et pédagogique. L’idée est aussi de transmettre aux visiteurs qu’il s’agit d’un univers fragile et qu’il incombe à chacun de protéger notre littoral. Dans ce domaine, la démarche de l’Océarium du Croisic constitue un exemple, car le site a su maintenir cette approche pédagogique, tout en conservant son caractère attractif et parfois sensationnel. Les grands favoris de l’Océarium ont toujours autant de succès : « Il y a bien entendu les manchots. Ce sont des animaux sympathiques, il y a de nombreuses animations autour des repas et, généralement, nous impliquons un enfant du public qui est tout content de distribuer de la nourriture aux animaux. Ensuite, il y a les requins. Le grand bassin est assez spectaculaire. Les animaux s’y sentent bien, nous avons même eu de la reproduction sur les requins gris, ce qui est exceptionnel. Il y a le tunnel qui date de 1992, c’était le premier tunnel en méthacrylate d’Europe, il a été étudié pour recevoir une pression d’eau vraiment importante. Le bassin des raies est très apaisant, parfois il y a des personnes qui restent assez longtemps… Toute la nurserie plaît beaucoup et nous présentons nos dernières naissances. Enfin, il y a le lagon, avec les poissons colorés, car il y a toujours ce côté magique avec toutes ces couleurs » résume Nadine Auffret. Chaque année, l’Océarium fait évoluer son offre : « Nous avons développé l’espace dédié à la réalité augmentée en proposant une véritable interaction entre les animaux virtuels et le public. C’est très ludique ». Autre nouveauté : « Nous avons ouvert un espace qui s’appelle « Engagé pour l’Océan », en partenariat avec de nombreuses associations. On présente des films, on fait de la pédagogie sur le recyclage des mégots… C’est vraiment un espace dédié à la sensibilisation environnementale. »

50 ans après la création de l’Aquarium de la Côte d’Amour, l’Océarium du Croisic figure dans le Top 10 des aquariums de France

50 ans après la création de l’Aquarium de la Côte d’Amour, l’Océarium du Croisic figure dans le Top 10 des aquariums de France, mais l’équipe a toujours voulu maintenir une forte proximité avec le public en conservant un côté convivial, notamment grâce aux animations. Autre motif de fierté : « Nous en sommes à trois générations de visiteurs. Nous avons des parents d’une trentaine d’années qui emmènent leurs enfants et qui nous disent qu’ils sont venus quand ils étaient tout petits avec leurs parents… » Un abonnement annuel Océarium a été créé pour accéder de façon illimitée : « Pour à peu près le prix de deux entrées, c’est un abonnement qui fonctionne très bien. Les personnes viennent parfois en fin de journée tranquillement. Nous avons aussi beaucoup de résidents secondaires qui ont cet abonnement. Il procure aussi de nombreux avantages, comme des réductions à la boutique ».

Depuis plusieurs années, l’équipe de L’Océarium du Croisic mène un travail remarquable en faveur de la reproduction des espèces : « Nous avons la chance de reproduire des homards et cela passionne toujours les gens. La préservation des espèces intéresse beaucoup le public ». Les aquariums sont des lieux uniques pour l’étude des animaux marins en milieu protégé et l’Océarium du Croisic a développé des partenariats avec des organismes de recherche tels que l’IFREMER (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer), l’IRD (Institut de recherche pour le développement) ou des universités. En effet, le site du Croisic est idéal pour étudier et protéger les océans : « Le milieu marin est un milieu inaccessible et très compliqué. Si vous faites une plongée au large d’Hoëdic un jour, vous verrez que le lendemain c’est totalement différent. La majorité des spécimens vivent près des côtes, parce que c’est là où se trouve l’abondance de nourriture : plus on est loin, plus c’est profond, moins il y a de nourriture, donc il y a moins de choses. On trouve le plus d’animaux dans les 200 premiers mètres sur le plateau continental » explique Stéphane Auffret. Nadine et Stéphane abordent toujours avec humilité cette démarche pédagogique qui est pourtant exceptionnelle en France : « Nous considérons qu’il est normal d’intéresser les familles, d’apprendre des choses aux enfants, cela fait partie de notre travail ». Cet été encore, une visite à l’Océarium du Croisic sera toujours aussi captivante.

Nadine et Stéphane Auffret sur Kernews

Océarium du Croisic, avenue de Saint Goustan au Croisic. Tél. 02 40 23 02 44. Ouvert de 10h à 20h.

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

François-Bernard Huygue : « On attrape les mots comme des virus, ils circulent dans l’air, on les répète, on se conforme au style de vocabulaire que l’on a entendu à la télévision. »

Nicolas Blin (Louisa Pampa) : « Nous travaillons exclusivement des produits frais, de préférence en circuit court. »