dans ,

Lydie Mahé : « Toutes les dictatures ont besoin du silence et à Saint-Nazaire nous sommes là pour faire du bruit ! »

L’adjointe au maire de Saint-Nazaire présente la semaine contre les violences faites aux femmes

Lydie Mahé, adjointe à la Cohésion et aux Politiques d’inclusions à la mairie de Saint-Nazaire, était l’invitée de Yannick Urrien lundi 21 novembre à l’occasion du lancement de la semaine contre les violences faites aux femmes à Saint-Nazaire : « Nous souhaitons mettre le regard sur les femmes afghanes, mais aussi sur la révolution des femmes iraniennes pour qu’elles obtiennent le droit de vivre en liberté et nous avons construit plusieurs temps forts ».

Il faut savoir que la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes a été instaurée le 25 novembre 1999 par l’Organisation des Nations Unies (ONU). La Ville de Saint-Nazaire accompagne aussi des dispositifs qui s’adressent directement aux femmes victimes de violence et qui sont portés par des associations nazairiennes.

Compte tenu du contexte international et de la dégradation de la situation des Femmes afghanes depuis l’arrivée des Talibans au pouvoir en août 2021, la Ville a décidé, avant l’entrée en révolution des Iraniennes, de soutenir les femmes afghanes en leur donnant la parole. Plusieurs temps forts sont organisés en novembre pour informer et sensibiliser Nazairiennes et Nazairiens sur la lutte des femmes.

Une exposition du 21 au 25 novembre à l’Hôtel de ville

Intitulée « Ce que les femmes afghanes ont à nous dire », l’exposition est proposée par l’association Le mouvement pour la paix contre le terrorisme, qui lutte pour la défense des droits humains universels, pionnière de la résistance au terrorisme. Plusieurs œuvres d’artistes afghanes qui ont dû fuir leur pays sont présentées : Fatimah Hossaini, Roya Heydari, Najiba Noori, Tahmina Saleem, Tahmina Alizada… Elles y témoignent de leur résistance aux talibans et de leurs rêves pour l’Afghanistan.

Un ciné-échange le 23 novembre au cinéma Jacques- Tati

La projection du film Osama de Sedigh Barmak le mercredi 23 novembre à 20h30 au cinéma Jacques- Tati (2 av. Albert-de-Mun) sera suivie d’un ciné-échange avec Shoukria Haïdar, présidente de l’association de soutien aux femmes afghanes – NEGAR, en présence de David Samzun, maire de

Opération « sac à pains »

Lydie Mahé évoque également l’opération « sac à pains » en boulangerie. Les boulangeries sont considérées comme des lieux stratégiques pour prévenir les violences car elles sont fréquentées par toutes et tous. Elles distribueront ainsi des sacs sur lesquels seront imprimés le Violentomètre, l’outil d’autoévaluation crée en 2018 pour aider à mesurer la violence au sein du couple. La baguette de pain, objet du quotidien, devient ainsi un instrument de prévention efficace pour atteindre les femmes victimes de violences.

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Labarrière en liberté : lundi 21 novembre 2022

Pornichet : Les élus à la rencontre des Habitants du Secteur du Pouligou