dans

Norbert Samama, maire du Pouliguen, explique sa position sur le masque obligatoire

Sur le marché du Pouliguen, le masque est obligatoire jusqu’à nouvel ordre. Sur la promenade et le quai Jules Sandeau, l’obligation de port du masque est encore en vigueur jusqu’au 31 octobre. Beaucoup de courriers argumentés parviennent en mairie pour maintenir ou supprimer l’obligation du port du masque. Alors que la saison est passée, est-il encore nécessaire de maintenir ces arrêtés ? Pour le maire, Norbert Samama, c’est « oui ». Il explique : « Trois raisons majeures motivent cette décision municipale. Tout d’abord, le classement du département en zone rouge, ainsi que la situation nationale, doivent nous conduire à toujours davantage de prudence. Ensuite, nous continuons à connaître des cas de Covid au Pouliguen, et même si nous sommes amenés à gérer au mieux ces situations, nous devons continuer à inciter chacun à fournir des efforts. Pour finir, en cette belle arrière-saison, nous constatons une affluence très importante au Pouliguen le week-end. Je suis à chaque fois rassuré de constater que la majeure partie des passants portent le masque. Si nous devions faire un arrêté modulé en limitant l’obligation du port du masque aux week-ends uniquement, il est fort à parier que les habitudes reprendraient le dessus, et que peu de monde porterait le masque le week-end. La mesure doit être simple et lisible. » Le maire conclut : « Si une baisse d’affluence est constatée et que les conditions sanitaires s’améliorent, rien ne nous empêchera de suspendre cette obligation. Pour l’heure, la municipalité doit assumer ses responsabilités. En cas de développement de la pandémie dans notre commune, on pourrait, à l’inverse, nous reprocher de ne pas avoir imposé le port du masque ».

Norbert Samama, maire du Pouliguen, explique sa position sur le masque obligatoire au micro de Kernews

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

PPDA au Salon du livre du Croisic les 3 et 4 octobre

Charles Prats : « 42 % des personnes qui bénéficient des prestations familiales sont des gens nés à l’étranger et 37 % des retraités sur le territoire national sont des gens nés à l’étranger. »