dans

Ourdia Aït Allek, directrice générale de Beaverhill : « Il est important de prendre conscience que notre immunité est notre pilier pour être en forme. »

Ourdia Aït Allek est la directrice générale de Beaverhill Bien-Être, une société française spécialisée dans les compléments alimentaires. Cette professionnelle de la santé est aussi une amoureuse de la presqu’île et, hors période de confinement, il n’est pas rare de la croiser au restaurant Les Terrasses à Guérande, chez son ami Sébastien. Nous lui avons proposé de parler bien-être et compléments nutritionnels. La gamme de produits de Beaverhill est disponible via le site beaverhill.fr

Kernews : On parle beaucoup du renforcement de son immunité, c’est une tendance forte en cette période. En quoi les compléments nutritionnels peuvent-ils nous aider ?

Ourdia Aït Allek : L’idée, à la base, c’est de prendre soin de soi. Beaucoup de personnes ont pris conscience de la nécessité de prendre des compléments nutritionnels, en plus de veiller à une alimentation variée, dans un objectif de prévention. En cette période hivernale, il y a moins de luminosité, on passe moins de temps à l’extérieur, on est moins actif, donc plus vulnérable aux micro-organismes. L’immunité de la population a baissé depuis quelques années. Donc, il est important de prendre conscience que notre immunité est notre pilier pour être en forme.

Certaines études soulignent que notre immunité n’a rien à voir avec celle de quelqu’un qui vivait au Moyen Âge…

Il y a différents événements qui expliquent cela : la pollution actuelle n’est pas la même qu’à l’époque, il y a notre rythme de vie, puisque nous fonctionnons tous à 100 à l’heure, notre alimentation a changé aussi… Alors, forcément, notre système immunitaire, qui doit s’adapter en permanence, doit être aidé. Je pense que la micronutrition peut être une piste.

On parle bien des compléments nutritionnels, ce qui n’a rien à voir avec les médicaments. Quelle est la différence ?

Un médicament va agir directement pour répondre à une pathologie. Lorsque vous avez une prescription médicamenteuse, c’est une réponse immédiate à un problème du moment. Les compléments nutritionnels vont être intéressants pour la prévention et ils vont aussi apporter leur aide en complément d’un traitement médicamenteux. Lorsque l’on vous prescrit des antibiotiques, il est intéressant de préconiser des probiotiques qui vont avoir un rôle de soutien de la flore intestinale. Lorsque vous avez un épisode infectieux, la vitamine C va aussi vous apporter un soutien lors des épisodes de fatigue. Ce sont des approches simples et sans danger. De nombreux médecins conseillent, en plus des médicaments, des compléments nutritionnels. Enfin, les officines pharmaceutiques sont aussi un lieu de conseil et d’écoute.

Comment travaillez-vous ?

Notre laboratoire a été créé en 2013 après le constat que tous les compléments nutritionnels ne se valaient pas. J’ai pu observer que certains fabricants mettent peu de principes actifs dans leurs formules, avec beaucoup d’excipients. C’est pour cela que les gens ont le sentiment que les produits ne fonctionnent pas toujours. Comme je suis une ancienne infirmière, j’ai fait mes propres analyses en regardant ce qui se passait avant et après avoir pris un complément. Cela m’a donné l’idée de créer ma propre marque, puisque j’étais formée depuis plus d’une vingtaine d’années en micronutrition, en France et à l’étranger, en apportant une différence et en proposant une formule concentrée et des dosages optimaux. On étudie chaque ingrédient, on regarde s’il y a des études, chaque ingrédient est analysé en fonction de sa provenance et nous faisons en sorte que nos doses journalières soient faciles à prendre. Nos gélules sont mises dans des emballages opaques pour protéger tous les nutriments de la lumière. Nous fabriquons aussi par petits lots pour proposer une qualité et une fraîcheur optimales car, au bout de deux ans, on perd une partie des vitamines et des minéraux. Nous évitons les allergènes et nous privilégions au maximum le végétal. Nous évitons le gluten, le lactose ou le soja. Bien évidemment, il n’y a pas de composants controversés comme les OGM ou les nanoparticules.

Il y a beaucoup d’offres sur le marché : comment distinguer les laboratoires sérieux des charlatans ?

Il faut déjà regarder la formule en fonction de ce que l’on recherche. Si vous recherchez un multivitamines, ne prenez pas un multivitamines dans lequel il y a un antioxydant avec des formules à rallonge qui ne sont pas toujours claires. En plus, il y a une contrainte de taille de gélules. Il faut aussi regarder les dosages, voir si ce sont des extraits de plantes ou non. Un complément nutritionnel avec trois ou quatre excipients, ce n’est pas normal, c’est quelque chose qui me dérange. Il faut par ailleurs regarder le pays de fabrication en privilégiant la France car nous avons des usines extraordinaires qui ont des standards de fabrication élevés. L’Europe a des usines très sérieuses aussi. Il faut éviter les emballages transparents. Enfin, il faut également regarder la charte de qualité du laboratoire sur sa manière de travailler et de sélectionner les matières premières. En conclusion, l’étiquetage doit être clair et l’on doit avoir toutes les informations. Sur le charlatanisme, il faut faire attention aux promesses qui ne veulent rien dire. Il faut prendre le temps de se former, de lire et de regarder ce qui existe sur le marché. Il est important de reprendre l’autonomie sur sa santé en entretenant son organisme.

On parle beaucoup de l’immunité et de la vitalité, mais on évoque aussi la baisse de moral depuis le confinement. Il y a le stress et la déprime engendrés par l’isolement et le port du masque. Les compliments nutritionnels peuvent-ils nous aider aussi ?

Le port du masque va modifier l’apport en oxygène, ce qui peut aussi fragiliser notre respiration et nos neurones, en ayant un impact direct, non seulement sur l’immunité, mais aussi sur la psychologie, parce que se retrouver tous masqués n’est pas très rigolo. Le stress social est important, car il n’y a plus de convivialité, on ne voit plus les gens sourire. L’humain est un être qui vit très mal l’isolement, d’autant plus qu’il n’est pas préparé à cela. Le contexte économique défavorable apporte aussi chaque jour son lot de désarroi. Il y a déjà une baisse de moral, les gens perdent beaucoup de volonté et les compléments nutritionnels peuvent être un petit coup de pouce sur le mental. Il ne faut pas se laisser aller, il faut continuer, on a des engagements, il est important de se ressaisir. On peut prendre de la vitamine D, des oméga 3, du magnésium et du zinc qui va avoir un rôle très important sur l’immunité. Il y a des synergies aussi, comme le Stress-Contrôle qui fonctionne très bien dans les périodes de stress psychologique et émotionnel. Après, il y a des conseils de bon sens : quand on fait du télétravail, il est indispensable de faire des pauses : ce n’est pas simplement quitter l’écran un instant, mais s’aérer pour aller chercher de la luminosité à l’extérieur. Il faut aussi privilégier une alimentation variée, réapprendre à cuisiner, faire son marché, aider les autres… Il faut penser aux personnes âgées, aux personnes seules, aux personnes qui dépriment, les repérer et les aider. Enfin, il y a les plaisirs gratuits, comme lire et jouer avec ses enfants.

Publicité

Océan Chauffage

Plombier, Vente, installation de chauffage

Océan Chauffage, 44740 Batz-sur-Mer. Téléphone : 02 40 23 84 84.


 

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Virginie de Araujo-Recchia : « On empêche les gens de travailler, on empêche les gens d’avoir une vie sociale, on isole les personnes depuis plusieurs mois, après leur avoir fait croire que tout irait mieux en portant le masque. »

La Baule : ouverture au complexe sportif Jean Gaillardon d’un centre de dépistage de la Covid 19