dans

Recensement jusqu’au 23 février à Pornichet

Jusqu’au 23 février 2019, une partie de la population pornichétine va être recensée, soit 1283 foyers exactement. Pour ces derniers, il est important de rappeler l’obligation de se faire recenser, et de rappeler les agents recenseurs, suite à l’avis de passage. Les trois agents recenseurs, Corinne Guilbert, Carole Labasque ou Sandrine Auray, missionnés par la Ville, se sont déplacés auprès de tous les foyers recensés de Pornichet, laissant un avis de passage quand les personnes étaient absentes. Ces dernières doivent absolument rappeler l’agent recenseur afin de se faire recenser ou effectuer leur recensement en ligne à partir des identifiants qui leur ont été remis, sur le site www.le-recensement-et-moi.fr. Si la personne ne dispose pas de connexion à Internet, l’agent recenseur lui remettra un questionnaire papier, qu’il viendra récupérer à un moment convenu. Pour accompagner le recensement en ligne, il est possible de prendre contact avec le service Citoyenneté au 02 40 11 55 55 ou etat-civil@ mairie-pornichet.fr. Pour rappel, le recensement est obligatoire, et est nécessaire dans la vie d’une commune. Il détermine notamment le niveau des dotations versées par l’Etat.

Publicité

Christine Blanc

Installé au cœur de la baule depuis plus de 20 ans, le salon de coiffure Christine Blanc vous accueille dans une ambiance chaleureuse et conviviale entièrement dédiée à la beauté et au soin du cheveu. Composéd’un étage, il vous propose au sein d’un espace privilégié, consacrénotamment à la métamorphose du cheveu, de répondre aux exigences des client(e)s souhaitant profiter d’un moment de tranquillité et de relaxation.

Christine Blanc, 154, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 44500 La Baule-Escoublac. Téléphone : 02 40 11 05 11. Lien vers le site de Christine Blanc.


 

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+43% d’adhésions à la Ludothèque de Pornichet

Édouard Moradpour : « J’ai compris que l’âme continuait sa vie dans un autre univers qui est impossible à comprendre. »