dans

Plage de Belmont, déchets sauvages à Guérande : l’alerte de Guérande Environnement

L’association Guérande Environnement vient d’alerter les pouvoirs publics sur deux sujets sensibles : la pollution de la plage de Belmont, à Piriac-sur-Mer, et la multiplication des déchets sauvages à Guérande.

L’invité de Yannick Urrien du vendredi 22 avril 2022 : Rémy Gautron

Tout d’abord, pour la plage de Belmont, Guérande Environnement souligne que « depuis de nombreuses années, le trop plein des eaux de l’étang rétro-littoral de Brandu est déversé directement par un collecteur et un exutoire bien visible sur la plage de Belmont. Par le passé, une rigole d’évacuation a été creusée le long de la falaise pour diriger ces eaux douces vers les rochers et la mer. Le sable servait de remblaiement et le jeu des marées nivelait ensuite naturellement la plage. Or, cet hiver, la rigole n’a pas été réalisée comme par le passé le long de la falaise, mais au pied de la dune de Belmont. Le sable a été emporté par les flots et les grands méandres de cette rigole continuent de s’élargir en provoquant une érosion menaçant la base de la dune. »

Plus grave, Rémy Gautron, président de l’association, estime qu’il est nécessaire de « se soucier sans tarder de la qualité de ces eaux noires provenant de l’étang, alimenté par plusieurs ruisseaux et qui devrait faire l’objet d’un entretien régulier ». Les membres de Guérande Environnement sont revenus à plusieurs reprises sur le site pour observer l’évolution de l’écoulement des eaux de l’étang de Brandu. Le 15 avril dernier, ils ont pu constater que des enfants jouaient dans les eaux douteuses s’écoulant de l’étang en faisant des barrages obstruant la rigole, « sous les yeux inconscients de leurs parents » déplore Rémy Gautron.

L’association dénonce également des dépôts de déchets inertes et des décharges sauvages sur des chemins communaux à Guérande. Par exemple, à proximité du chemin d’accès à la ferme-manoir de Kersalio, Rémy Gautron a découvert un amas de gros poissons, ressemblant à des merlus de grande taille, dans un état avancé de décomposition et dispersés par la faune sauvage : « Ce dépôt clandestin semble correspondre aux contenus de plusieurs caisses à poissons déversées à cet endroit indélicatement par un professionnel habitué visiblement du site, car ce n’est pas la première fois que ce type de dépôt clandestin est signalé. »

Enfin, s’agissant des portes de La Baule, Rémy Gautron déclare : « Nous restons également très vigilants pour la décharge des Floralies que nous dénonçons régulièrement depuis plus de 32 ans, notamment pour la présence à ciel ouvert, entre autres, de déchets hospitaliers au cœur des marais salants. »

Écrit par Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Labarrière en liberté : vendredi 6 mai 2022

Jean-Louis Courtois : « La guerre en Ukraine s’arrêtera un jour ou l’autre et on reprendra exactement les mêmes rapports que l’on avait avant avec les Russes. »